Le vent prive Nafi Thiam du record de Belgique de la longueur

Le vent prive Nafi Thiam du record de Belgique de la longueur
Belga

Des épreuves de perche et de disque annulées et une piste jonchée de feuilles : au meeting Gouden Spike de Leiden, aux Pays-Bas, le vent a aussi joué les trouble-fête en ce début de week-end. A deux semaines de sa grande rentrée sur heptathlon, au Décastar de Talence, cela n’a pas empêché Nafissatou Thiam d’effectuer une très bonne répétition générale, ce samedi, même si ses performances ont été largement influencées par les conditions climatiques.

La championne olympique, du monde et d’Europe a commencé sa journée par une victoire convaincante sur 100 m haies en 13.62, avec un vent défavorable de 1,4 m/s, en devançant les Néerlandaises Esselink (13.88) et Vetter (13.88). Un chrono à 28 centièmes de son record personnel, qui aurait été plus significatif et éclairant s’il avait soufflé dans l’autre sens.

« J’ai pris un bon départ, je me sentais bien mais il y a eu un coup de vent dans la course qui m’a un peu déstabilisée », a-t-elle expliqué. « Après, j’étais moins relâchée pour les deux dernières haies. Mais 13.62 pour une première course, avec vent négatif, c’est très prometteur. Même sans vent défavorable, d’ailleurs, je l’aurais pris ! »

En longueur (1), dans une partie du stade moins protégée, et alors que tombaient la nuit et le froid (12º), elle a fait encore mieux en s’imposant avec un bond à 6,65 m, un saut qui lui aurait enfin permis de s'emparer du record de Belgique de Sandrine Hennart (6,63 m) établi en 1996... si l'anémomètre n'avait pas indiqué +4,1 m/s, loin des 2 m/s autorisés. Mais son deuxième essai, validé lui à 6,55 m (+1,5 m/s), le 7e de sa carrière, l'a amplement satisfaite. Et deux autres essais mordus l’ont laissée pleine d’espoir.

« Ce sera pour la prochaine fois ! » a-t-elle déclaré. « Mais pour une première compétition (NDLR : internationale), je ne m’attendais pas à faire aussi bien, surtout à la longueur. Le vent tournait constamment, pour les marques, c’était compliqué. Mais si j’arrive à faire ça dans des conditions aussi mauvaises, je me dis que quand le vent et la chaleur seront de mon côté, je pourrai faire beaucoup mieux. On a bien géré. Il ne m’a pas manqué grand-chose… »

(1) Le concours de Thiam : 6,13 m (+ 1,5 m/s) – 6,55 m (+ 1,5) – nul – 6,65 m (+ 4,1) – 6,55 m (+ 2,4) – nul.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Avec la politique de rémunération fixée par le gouvernement Di Rupo qui plafonne les revenus des dirigeants d’entreprise publique, il ne sera pas aisé de trouver un remplacant à Koen Van Gerven.

    bpost devra poursuivre sa mue avec un nouveau CEO

  3. HUNGARY-GERMANY-AUSTRIA-PAN-EUROPEAN-PICNIC-IRON-CURTAIN

    Il y a 30 ans, le «Rideau de fer» se levait

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite