Accueil Opinions Chroniques

Comment l’électeur communiste est passé au Front National

Marine Le Pen a compris avant tout le monde que pour conquérir une large part de l’électorat, il fallait lui chanter les airs qui parlent à son oreille gauche aussi bien qu’à son oreille droite. Le résultat est sans appel.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 4 min

Ce que la France vit politiquement est la conséquence de deux glissements de terrain : la liquidation du gaullisme et l’écroulement du communisme.

On peut détester les colonnades, les juger inesthétiques ou inadéquates à la modernité et leur reconnaître, cependant, une utilité fonctionnelle en tant qu’elles soutiennent la toiture d’un bâtiment qui participe d’une identité architecturale.

On peut être résolument athée, et même anticlérical, et admettre que les mouvements d’inspiration catholique ont joué, en matière culturelle et sociale, particulièrement au sein de ce qu’on appelle maintenant la France périphérique, un rôle structurant absolument essentiel.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs