Accueil

Elections 2019: le PS met la pression sur le PTB pour donner des gages au peuple de gauche

Les contacts politiques reprennent ce mardi à Namur en préalable à des négociations de majorité. La coalition PS-MR semble désormais être la solution la plus facile. Mais le PS testera d’abord le PTB, quitte à devoir dresser au bout du compte un constat d’échec.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

En Wallonie, le deuxième tour des contacts politiques préalables à une négociation gouvernementale se poursuivra cette semaine à Namur. Vendredi, Elio Di Rupo et Paul Magnette (PS) avaient reçu une nouvelle fois la délégation du MR emmenée par Charles Michel et Willy Borsus. Les discussions ont duré plus de deux heures. Ce mardi à 11 heures, c’est au tour du PTB de rencontrer les éminences socialistes. Mercredi à la même heure, Ecolo sera le dernier reçu puisque le CDH a déclaré forfait.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, lundi 10 juin 2019, 21:25

    Je pense que le PS et le MR vont y aller: ce sont 2 partis traditionnels qui se partagent le pouvoir depuis des dizaines d'années et ils n'ont pas envie de voir venir des "empêcheurs de tourner en rond".

  • Posté par delpierre bernard, lundi 10 juin 2019, 22:51

    D'autant qu'au PTB on risque de remettre en cause les très hauts salaires des dirigeants de para- régionaux et dans le secteur public en général alors qu'avec le MR on reste entre gens de bonne compagnie qui ne veulent qu'un meilleur rééquilibre des mandats à leur profit sans toutefois toucher au montant des prébendes.

  • Posté par Doffiny Jean-pierre, lundi 10 juin 2019, 21:06

    La démarche du PS ne traduit-elle pas tout simplement une priorité revancharde et obsessionnelle d'écarter le MR, quitte à s'allier avec un parti d'extrême gauche dont il risque très fort de devenir la marionnette au moindre désaccord ?

  • Posté par Deckers Björn, lundi 10 juin 2019, 22:01

    Il n'est qu'à lire les commentaires sur ce seul article pour voir le dilemme du PS. Après le retrait du Cdh, qu'il s'allie avec le MR et il sera voué aux gémonies par une partie sensible des électeurs de gauche comme "traître" à la cause progressiste. Qu'il s'allie au PTB et des centristes et des électeurs de droite crieront à la rupture du cordon d'avec les affreux descendants de Staline. En terme d'électeurs directs à perdre, l'alliance avec le PTB semble dès lors pertinente. Mais le PS doit aussi tenir compte de l'onde de choc que créerait une alliance PS-PTB au nord du pays où les NVA, VLD et CD&V n'ont pas fini de s'étrangler. Et gérer également l'obligation quasi certaine de monter au fédéral avec le MR (là il sera incontournable et au moins deux des trois partis flamands cités ci-dessus). Bref, le choix du PTB au final est impossible et ce d'autant que (vous n'avez pas tort) une alliance PS-PTB en Région Wallonne se révélerait sans doute rapidement de haute voltige. Le PS, au final, devra bien conclure une alliance avec le MR. Mais ça va beugler chez les électeurs de gauche et les oreilles n'ont pas fini de siffler Boulevard de l'Empereur. La pension à 65 ans, c'est pas maintenant.

  • Posté par Pablos Gino, lundi 10 juin 2019, 20:18

    C'est le monde à l'envers,le PS demandant des gages au PTB pour les peuples de gauche,je crois qu'il est grand temps lui PS qu'il en donne des gages de véritable force de gauche.Le scénario est déja écrit,vous voyez on ne sait pas s'entendre avec le P¨TB,nous allons nous tourner vers le MR,surtout qu' eux en donnent des gages .... au monde de la finance .Ah oui j'oublais , au monde de Publifin aussi, vu que PS et MR se sont entendus dans cette vaste magouille comme larons en foire.

Plus de commentaires

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs