Accueil Opinions Chroniques

Succession de Theresa May: «Boris le déjanté» n’est pas encore arrivé

Boris Johnson peut-il incarner l’homme de la situation pour conclure un accord sur le Brexit avec l’Union européenne? Il est en tout cas pressenti comme le prochain Premier ministre. Mais ce ne serait pas la première fois que les sondages se trompent.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

C’est parti ! La course à la succession de Theresa May est lancée. Jusqu’au 20 juin, les députés conservateurs vont devoir choisir par élimination successive les deux candidats parmi une dizaine de postulants que les militants tories devront ensuite départager d’ici le 22 juillet. Etrange processus qui place le choix du nouveau Premier ministre entre les mains de quelque 160.000 membres du parti, en grande majorité âgés, blancs et partisans d’un Brexit dur.

A oser, on serait tenté de dire, au début de la bagarre, que rien ne sépare vraiment, au plan de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, les postulants au 10 Downing Street. Une bonne moitié se déclare en faveur d’un Brexit dur si l’accord signé entre Bruxelles et Londres n’est pas renégocié d’ici la date butoir du 31 octobre. L’autre moitié interprète grosso modo une partition identique mais de manière mezzo voce pour éviter un départ brutal aux conséquences catastrophiques pour l’économie britannique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs