Coalition wallonne: Magnette envisage «un gouvernement minoritaire avec un soutien extérieur du PTB»

Paul Magnette
Paul Magnette - D.R

Les discussions politiques ont repris ce mardi à Namur en vue de la constitution d’un gouvernement wallon. A 11 heures, le PS recevait le PTB. Le rendez-vous était prévu pour durer une heure, pensait-on au départ. Le PTB doit déposer les points essentiels de son programme, « nos lignes rouges », a dit Raoul Hedebouw en arrivant au parlement wallon. Le socialiste Paul Magnette a fait savoir qu’il était « disponible pour discuter toute la journée voire toute la nuit si nécessaire. »

Avant la réunion, le Carolo a en effet insisté sur le sérieux des contacts et la sincérité de la démarche du PS : « J’espère vraiment qu’on pourra trouver un accord pour former la coalition la plus progressiste possible, c’est-à-dire celle rassemblant PS, Ecolo et PTB. La semaine dernière, nous avons eu des échanges très intéressants. Il existe des convergences. Nous devons convaincre le PTB qu’il y a moyen de faire des choses pour la Wallonie. »

Si l’on en croit Paul Magnette (mais aussi Pierre-Yves Dermagne ce week-end en télévision), les socialistes envisageraient donc sérieusement une tripartite. Le PTB ne rejette pas cette idée, mais confirme « avoir un programme à défendre » et qu’« il ne s’agit pas de transformer un bon vin rouge en mauvais rosé même pas digne d’un barbecue » au travers d’une négociation où les interlocuteurs du PS perdraient leur âme.

Une autre hypothèse, à peine croyable, commence toutefois à prendre forme. Paul Magnette en personne s’en est fait l’écho ce mardi : une coalition minoritaire alliant PS et Ecolo avec un soutien extérieur et à la carte du PTB. Le bourgmestre de Charleroi précise sa pensée : « Cette formule existe dans neuf pays sur 28 au sein de l’Union européenne. Pourquoi pas ici ? C’est une piste sérieuse qui donne par exemple plus de droits au parlement. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite