Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche: Amaya Coppens est libre mais, au Nicaragua, la crise de régime est là, irréversible

Etudiante belgo-nicaraguayenne, Amaya Coppens était emprisonnée depuis le 10 septembre 2018 pour avoir manifesté contre les politiques du gouvernement du Nicaragua.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Amaya Coppens Zamora est libre ! Un soulagement énorme pour ses proches. Étudiante belgo-nicaraguayenne emprisonnée depuis le 10 septembre 2018 pour avoir manifesté contre les politiques du gouvernement du Nicaragua, elle a enfin été libérée par un régime aux abois ce 11 juin, elle et plusieurs centaines de prisonniers politiques. Étudiants, paysans, journalistes, dissidents sandinistes, etc., ils étaient accusés de « terrorisme putschiste » par le couple régnant, l’ancien commandant révolutionnaire Daniel Ortega et sa femme Rosario Murillo, respectivement président et vice-présidente d’une République dont ils concentrent tous les pouvoirs depuis douze ans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Naeije Robert, mardi 11 juin 2019, 20:53

    Cet article aurait du rappeler ce qu’etait le sandinisme...

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs