L’AFCN dit que Tihange 2 peut redémarrer

Tihange 2.
Tihange 2. - Photo News.

On s’en souvient : lors d’un arrêt planifié pour entretien au mois d’août de l’an dernier, des dégradations avaient été constatées dans un bâtiment annexe bunkerisé du réacteur de Tihange 2, abritant des équipements d’urgence (pompes de secours et générateurs diesel). Le béton de ce local d’échappement de la vapeur présentait des dégradations liées aux conditions de chaleur et d’humidité qui y régnaient. Un « mal » semblable à celui affectant les bunkers de Doel 3 et 4 et de Tihange 3. Les zones abîmées ont été réparées, mais ces travaux ont fait apparaître à Tihange 2 et 3 des anomalies d’une partie des armatures du béton, dont le positionnement et les dimensions ne correspondaient pas aux plans de construction originaux.

Sachant que le fonctionnement des équipements de secours qui y sont entreposés doit pouvoir être assuré à tout moment, il est prévu qu’un tel bâtiment résiste à des événements externes (comme une chute d’avion par exemple). Une résistance qui n’était plus garantie et qui a contraint Engie Electrabel, l’exploitant des centrales nucléaires, à procéder à des travaux supplémentaires en plaçant un nouveau toit au-dessus du bunker.

Ce sont ces travaux qui sont désormais achevés à Tihange 2 et qui viennent d’être approuvés par l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN). « L’AFCN et sa filiale technique Bel V ont suivi de très près ces travaux de réparations, autant par l’examen-évaluation des divers documents de méthodologie, des plans de qualité et de l’ensemble des résultats d’essais que par des contrôles stricts sur le terrain, a indiqué l’Agence. L’AFCN a finalement conclu que, suite à la finalisation des travaux, le bâtiment bunkérisé de Tihange 2 répondait à toutes les exigences de sûreté de l’AFCN. L’AFCN considère à présent avoir des garanties suffisantes pour que le réacteur puisse redémarrer en toute sûreté ». Le planning de redémarrage prévoit un retour de l’unité de production (1.008 MW) sur le réseau d’ici le 30 juin, indique pour sa part Engie Electrabel. Dans ces conditions, six réacteurs nucléaires sur les sept que compte notre pays seront disponibles. Seul Doel 3 est à l’arrêt depuis le 7 juin dernier pour un entretien programmé et devrait redémarrer le 8 août prochain.

On notera que les réparations de trois des bunkers pareillement endommagés (Doel 3 et 4, et Tihange 2) sont donc complètement terminées. Concernant le dernier réacteur (Tihange 3), qui présente lui aussi des anomalies au niveau des armatures du béton, une partie des travaux a été réalisée qui a permis le redémarrage du réacteur à la fin de l’année dernière. Mais Engie Electrabel s’est engagée à effectuer de nouveaux travaux lors du prochain arrêt programmé du réacteur à l’été 2020 pour « intégrer des marges de sécurité supplémentaires », indiquait l’AFCN au mois de décembre 2018.

► Prolonger Doel 1 et 2 fera perdre de l’argent à Electrabel

Sur le même sujet
Nucléaire
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite