L’accord de Brexit ne sera «pas renégocié» avec le successeur de Theresa May, insiste Juncker

Jean-Claude Juncker ne veut pas renégocier l’accord sur le Brexit, conclu avec Theresa May.
Jean-Claude Juncker ne veut pas renégocier l’accord sur le Brexit, conclu avec Theresa May. - Reuters

L’accord de divorce entre l’UE et le Royaume-Uni ne « sera pas renégocié », quel que soit le successeur de Theresa May à la tête du gouvernement britannique, a insisté mardi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Pas de renégociation ? Boris Johnson refuse « de payer la facture du Brexit »

Plusieurs des prétendants à la succession de Mme May, qui a démissionné vendredi du poste de chef du Parti conservateur, affirment vouloir rouvrir les négociations avec l’UE. L’un d’eux, Boris Johnson, menace de ne pas payer la facture du Brexit prévu dans l’accord déjà conclu.

« Il n’y aura pas de renégociation du contenu de l’accord de retrait » conclu entre l’UE et la dirigeante britannique, a mis en garde le président de l’exécutif européen, dans une interview diffusée en direct par le site politico.eu.

Theresa May, en larmes, annonce sa démission (vidéo)

Quel que soit le prochain Premier ministre britannique

« Ce n’est pas un traité entre Theresa May et Jean-Claude Juncker, c’est un traité entre le Royaume-Uni et l’UE, il doit être respecté par le prochain Premier ministre britannique quel qu’il soit », a poursuivi M. Juncker. L’accord « ne sera pas renégocié », a-t-il martelé.

La réaction de Boris Johnson suite à la démission de Theresa May

Répétant ce que les dirigeants européens disent depuis des mois, M. Juncker a en revanche estimé qu’il pourrait y avoir « des clarifications, des précisions, des ajouts concernant la déclaration politique » qui doit accompagner le traité de retrait. Cette déclaration, qui ne fait pas partie du traité de retrait, doit tracer les contours de la future relation commerciale entre Londres et l’UE.

Boris Johnson a de son côté menacé de ne pas acquitter la facture du Brexit, c’est-à-dire le solde de tout compte prévu dans le traité de divorce, si l’UE n’acceptait pas de meilleures conditions de sortie pour son pays.

Démission de Theresa May : les 7 raisons de sa disgrâce

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous