Coalition wallonne: «Ce n’est pas parce que c’est compliqué, qu’il faut renoncer», répond le PS au PTB

Le PS et le PTB se sont rencontrés à nouveau ce mardi. L’ambiance était tendue.
Le PS et le PTB se sont rencontrés à nouveau ce mardi. L’ambiance était tendue. - Belga

La porte reste ouverte, ont répété les deux hommes forts du PS, Paul Magnette et Elio Di Rupo, à la suite d’une deuxième rencontre tendue avec le PTB. Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB, a déclaré à la sortie de la réunion que « cela ne sert plus à rien de revoir le PS ».

« Ce n’est pas parce que c’est compliqué qu’il faut renoncer » même si l’union de la gauche, que la FGTB, entre autres, appelle de ses vœux, semble de plus en plus improbable, poussant de facto le PS dans les bras du MR, en tripartite éventuellement avec Ecolo.

Coalition wallonne : « La démarche du PS est sincère, le PTB doit arrêter de chercher des prétextes », indique Di Rupo

« Nous respectons les électeurs du PTB et nous voulons une politique progressiste qui réponde au souhait des citoyens », a encore affirmé Elio Di Rupo. « Nous voulons une politique de gauche », a renchéri Paul Magnette qui, dans sa ville de Charleroi, a déjà été amené à discuter, sans succès, avec le parti de Peter Mertens, après les élections communales d’octobre dernier.

Une nouvelle rencontre jeudi ?

Les deux partis devraient néanmoins se revoir dès jeudi. « Nous avons proposé de les revoir ce jeudi à Namur. Nous maintenons notre invitation » malgré l’attitude du PTB qui a mis fin abruptement à la rencontre, « à l’heure des JT », alors que les socialistes souhaitaient la poursuivre, a de son côté assuré le président du PS, Elio Di Rupo.

Coalition wallonne : « La gauche mérite mieux qu’une histoire de com’», lance Raoul Hedebouw

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre compétente Marie-Christine Marghem (MR) s’était plusieurs fois plainte de rencontrer très peu d’intérêt chez les ministres compétents au sein des Régions.

    Le développement durable est le cadet des soucis de la Belgique

  2. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  3. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite