Libérée, l’étudiante belgo-nicaraguyenne Amaya Coppens rejette l’amnistie du gouvernement

Amaya Coppens avait été accusée de terrorisme.
Amaya Coppens avait été accusée de terrorisme. - Belga

L’étudiante belgo-nicaraguayenne Amaya Coppens, libérée mardi avec d’autres responsables des manifestations contre le gouvernement du président Daniel Ortega, a rejeté l’amnistie des autorités, affirmant n’avoir commis aucun délit.

« Nous n’acceptons pas l’amnistie parce que nous ne demandons pardon pour rien, nous n’avons commis aucun délit », a affirmé Amaya Coppens en arrivant à son domicile à Esteli (nord), la ville dont elle est originaire. « Au contraire, ce sont eux (le gouvernement) qui ont commis des crimes contre l’humanité et qui devraient s’inquiéter ».

« Nous allons continuer à nous battre »

« Nous continuons à demander la justice et la démocratie, nous n’oublions aucun des morts, nous n’oublions pas Eddy Montes (tué par balle en prison le 16 mai) et nous allons continuer à nous battre pour que la justice règne vraiment au Nicaragua », a-t-elle ajouté, visiblement émue.

La jeune femme de 24 ans a été accueillie par des dizaines de voisins et d’amis, ainsi que par sa mère Tamara Zamora et son père de nationalité belge, Federico Coppens.

Les principaux responsables des manifestations contre le gouvernement Ortega ont été libérés mardi au Nicaragua en vertu d’une loi d’amnistie votée samedi.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La méthode d’estimation de la Commission est remise en cause.

    Budget: et si l’Italie n’était pas hors-la-loi?

  2. «
Mais je pense qu’on sort de certains livres différents de ce qu’on était en y entrant.
»

    Boris Cyrulnik au «Soir»: «Rien n’est plus vrai que la fiction»

  3. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite