L’être humain ingère environ cinq grammes de plastique par semaine, selon le WWF

L’être humain ingère environ cinq grammes de plastique par semaine, selon le WWF

L’être humain absorbe environ cinq grammes de plastique par semaine, soit l’équivalent du poids d’une carte bancaire, dénonce le Fonds mondial pour la Nature (WWF) dans une nouvelle étude publiée mercredi. L’eau, la bière, les crustacés et le sel sont les produits qui présentent les plus grandes quantités de plastique, selon l’ONG, qui appelle une nouvelle fois à une «action mondiale urgente» pour mettre fin à la pollution plastique.

L’Université de Newcastle (Australie), qui a effectué l’étude, en a passé 50 autres au crible sur l’ingestion du plastique. Selon les principales conclusions, nous consommons 2.000 particules de microplastique par semaine, soit cinq grammes, ou l’équivalent du poids d’une carte de banque.

La plus grande source d’ingestion de plastique provient de l’eau en bouteille et du robinet. Aux Etats-Unis et en Inde, on retrouve deux fois plus de traces de plastique que dans les eaux européennes. Les crustacés, la bière et le sel présentent le plus haut taux de plastique des produits étudiés, souligne l’étude.

Selon le chercheur co-responsable du projet des microplastiques à l’Université de Newcastle, le Dr Thava Palanisami, «cette étude fournit pour la première fois un calcul précis sur les taux d’ingestion plastique. Elle doit aider à l’avenir à déterminer les risques toxicologiques potentiels pour l’être humain.»

>Le Parlement européen entérine l’interdiction du plastique à usage unique dès 2021

« Action mondiale urgente et essentielle »

Pour le WWF, qui prône une lutte sans merci contre la pollution plastique, «ces résultats doivent servir de sonnette d’alarme aux gouvernements. Les plastiques polluent non seulement nos océans et nos voies navigables, mais aussi la vie marine et l’organisme humain. Une action mondiale est urgente et essentielle pour faire face à cette crise».

La semaine dernière, l’ONG alertait déjà sur l’état de la mer Méditerranée, «un égout à ciel ouvert» à chaque nouvelle saison touristique, dénonçait-elle.

Le problème de la pollution plastique ne pourra être résolu sans l’action des gouvernements. Ceux-ci doivent «jouer un rôle clé pour faire en sorte que la chaîne plastique - des fabricants aux consommateurs - poursuive un objectif commun: mettre fin à la pollution plastique», insiste le WWF.

L’organisation a lancé une pétition mondiale appelant à un traité juridiquement contraignant pour mettre un terme à la pollution au plastique d’origine marine. Elle a recueilli, à ce jour, plus de 660.000 signatures.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  2. Pour le moment, les femmes n’ont qu’une place marginale, face aux imams et autres responsables.

    Des théologiennes pour enseigner «le bon islam» aux musulmanes de Belgique

  3. Bénéficier d’un revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties ou consacrer 
une partie de son temps à sa famille...

    L’allocation universelle: une idée qui séduit en Belgique mais qui a peu de chances de se concrétiser

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite