L’être humain ingère environ cinq grammes de plastique par semaine, selon le WWF

L’être humain ingère environ cinq grammes de plastique par semaine, selon le WWF

L’être humain absorbe environ cinq grammes de plastique par semaine, soit l’équivalent du poids d’une carte bancaire, dénonce le Fonds mondial pour la Nature (WWF) dans une nouvelle étude publiée mercredi. L’eau, la bière, les crustacés et le sel sont les produits qui présentent les plus grandes quantités de plastique, selon l’ONG, qui appelle une nouvelle fois à une «action mondiale urgente» pour mettre fin à la pollution plastique.

L’Université de Newcastle (Australie), qui a effectué l’étude, en a passé 50 autres au crible sur l’ingestion du plastique. Selon les principales conclusions, nous consommons 2.000 particules de microplastique par semaine, soit cinq grammes, ou l’équivalent du poids d’une carte de banque.

La plus grande source d’ingestion de plastique provient de l’eau en bouteille et du robinet. Aux Etats-Unis et en Inde, on retrouve deux fois plus de traces de plastique que dans les eaux européennes. Les crustacés, la bière et le sel présentent le plus haut taux de plastique des produits étudiés, souligne l’étude.

Selon le chercheur co-responsable du projet des microplastiques à l’Université de Newcastle, le Dr Thava Palanisami, «cette étude fournit pour la première fois un calcul précis sur les taux d’ingestion plastique. Elle doit aider à l’avenir à déterminer les risques toxicologiques potentiels pour l’être humain.»

>Le Parlement européen entérine l’interdiction du plastique à usage unique dès 2021

« Action mondiale urgente et essentielle »

Pour le WWF, qui prône une lutte sans merci contre la pollution plastique, «ces résultats doivent servir de sonnette d’alarme aux gouvernements. Les plastiques polluent non seulement nos océans et nos voies navigables, mais aussi la vie marine et l’organisme humain. Une action mondiale est urgente et essentielle pour faire face à cette crise».

La semaine dernière, l’ONG alertait déjà sur l’état de la mer Méditerranée, «un égout à ciel ouvert» à chaque nouvelle saison touristique, dénonçait-elle.

Le problème de la pollution plastique ne pourra être résolu sans l’action des gouvernements. Ceux-ci doivent «jouer un rôle clé pour faire en sorte que la chaîne plastique - des fabricants aux consommateurs - poursuive un objectif commun: mettre fin à la pollution plastique», insiste le WWF.

L’organisation a lancé une pétition mondiale appelant à un traité juridiquement contraignant pour mettre un terme à la pollution au plastique d’origine marine. Elle a recueilli, à ce jour, plus de 660.000 signatures.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite