Disparition d’un Belge en Australie: «Nous n’avons pas localisé Theo mais nous continuons nos recherches», indique la police

Theo Hayez a été aperçu pour la dernière fois le 31 mai à Byron Bay en Australie.
Theo Hayez a été aperçu pour la dernière fois le 31 mai à Byron Bay en Australie. - Facebook

La police de Byron Bay poursuit mercredi les recherches du jeune Belge porté disparu en Australie depuis fin mai, Theo Hayez. La police entend opérer à l’aide d’un drone et demande aux résidents de la localité de partager toute image vidéo filmée le soir de sa disparition.

>Belge de 18 ans disparu en Australie: la police diffuse des images de Theo Hayez avant sa disparition

«Malheureusement nous n’avons pas localisé Theo mais nous continuons nos recherches», a indiqué l’inspecteur en chef chargé des recherches, Matthew Kehoe mercredi peu avant 08h00 (minuit heure belge). Il précise qu’il n’y aura pas de recherches coordonnées demain car les opérations seront menées par des opérateurs de drones spécialisés.

«Nous sommes toujours à la recherche d’images prises par des caméras CCTV privées de résidents» filmées entre 23h00 le 31 mai et 04h00 du matin le 1er juin, indique l’inspecteur.

Le jeune Belge a été aperçu ce soir-là pour la dernière fois à la sortie d’une boite de nuit de Byron Bay, populaire station balnéaire de la côte est de l’Australie. L’homme n’a plus donné signe de vie depuis et ses effets personnels ont été découverts intacts plusieurs jours plus tard dans l’auberge de jeunesse où il résidait.

>Un Belge disparu en Australie: «Imaginez comme c’est difficile pour ses parents», dit son parrain

Mardi, l’analyse des caméras de surveillance qui se trouvaient entre le bar et l’auberge ont permis «de confirmer que son intention était bien de rentrer à son hostel», a affirmé à RTL mardi soir Lisa Hayez, la cousine de Theo Hayez présente dans le pays.

«Quelque chose à dû l’en empêcher en route vers l’auberge sinon il y serait arrivé vers 23h30 ce vendredi si il avait juste continué à marcher», a indiqué un ami du jeune homme, Michael Dorkhom cité par l’agence de presse australienne AAP.

La police mène des recherches depuis plusieurs jours et remercie les volontaires de la localité qui assistent sans relâche dans les opérations.

Theo Hayez était arrivé en Australie à la fin de l’année dernière avec un visa de travail et devait rentrer en Belgique cette semaine.

«Nous sommes très inquiets», réagit un ami

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite