Trump dévoile, à son insu, une partie de l’accord avec le Mexique

Trump dévoile, à son insu, une partie de l’accord avec le Mexique

Donald Trump a assuré mardi qu’une partie de l’accord sur l’immigration conclu avec le Mexique restait confidentielle et a nargué les journalistes en brandissant une page du document... qu’ils se sont empressés de déchiffrer.

>Le président mexicain salue l’accord avec les Etats-Unis: «pas de crise financière» au Mexique

«La grande majorité de l’accord avec le Mexique n’a pas encore été révélée», a tweeté dans la matinée le président américain qui s’est dit «très content» de l’issue des tractations avec son voisin.

Menacé de se voir imposer des droits de douane, Mexico s’est engagé vendredi soir à prendre plusieurs mesures pour freiner les migrants originaires d’Amérique centrale qui traversent son territoire avant d’entrer clandestinement aux Etats-Unis.

La plupart de ces mesures, dont des renforts à la frontière avec le Guatemala, avaient été convenues lors de négociations antérieures, a toutefois assuré le New York Times, minimisant la portée de l’accord.

«Je ne sais pas où le Times est allé chercher son histoire», a rétorqué mardi le milliardaire républicain qui avait déjà évoqué la veille une clause secrète «très puissante» aux mains des Etats-Unis.

Un secret pas vraiment secret

Comme pour le prouver, il a sorti un papier blanc de sa veste lors d’un échange avec la presse. «Voici l’accord», a-t-il lancé, avant de se reprendre: «Non, je vais laisser Mexico le divulguer au bon moment».

Mais la feuille est lisible en filigrane — éclairée par un soleil éclatant — sur les gros plans des photographes.

Il y est mentionné que les Etats-Unis feront le point sur les progrès enregistrés à la frontière sud «45 jours calendaires après la signature de l’accord».

Mais cette disposition n’a rien de secrète. Le Mexique a déjà fait savoir que l’accord prévoyait un bilan après 45 jours.

Si le flux de clandestins traversant le pays pour se rendre aux Etats-Unis n’est pas freiné d’ici là, l’accord pourra être revu, avec notamment une réforme de la législation mexicaine sur le droit d’asile, ont aussi reconnu les autorités mexicaines.

Donald Trump a fait de la lutte contre l’immigration illégale un des marqueurs de sa présidence. Mais les arrestations de migrants à la frontière sud des Etats-Unis, de l’ordre de 20.000 par mois à son arrivée à la Maison Blanche, n’ont cessé d’augmenter depuis, avec un pic à plus de 140.000 en mai.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les chroniqueurs de Radio Chiara sont des migrants qui souhaitent partager leur culture, musique et histoires personnelles sur les ondes.

    Une chaîne radio porte la voix des migrants en Suisse

  2. Ramallah le 24 juin
: ils protestent contre la conférence de Manama. «
La Palestine n’est pas à vendre
!
»

    Proche-Orient: un déluge de dollars pour oublier la Palestine?

  3. d-20190621-3UMA5P 2019-06-21 15:38:32

    Déshydratation, sommeil, insolation… comment se prémunir des problèmes de santé liés aux fortes chaleurs

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Politiques, svp, prenez le grand-angle. Arrêtez le microscope!

    On sait que la politique est souvent « un nid de jeux et d’intrigues » comme le rappelait cyniquement dans nos colonnes le mythique Adam Michnik, directeur du journal polonais Gazeta Wyborcza. On sait qu’il faut des négociations, des compromis, des stratégies, des calculs et que le résultat des élections force à des contorsions, des subterfuges, parfois des parjures.

    Mais, comment vous dire… L’état de la société et de la planète provoque soudain une grosse fatigue à la vue de la...

    Lire la suite