Thomas Meunier après Belgique-Ecosse (3-0): «La force des Diables rouges, c’est le groupe» (vidéo)

Thomas Meunier après Belgique-Ecosse (3-0): «La force des Diables rouges, c’est le groupe» (vidéo)
Photo News

Mardi soir, la Belgique s’est imposée 3-0 à domicile face à l’Ecosse. Un match qui comptait pour les qualifications pour l’Euro 2020 et une victoire qui permet aux Diables d’aller chercher un 12 sur 12. Thomas Meunier, titulaire, a livré son analysé du match : « On a été sérieux de bout en bout. Défensivement, ça a été impeccable. Tout comme le match précédent. Et offensivement, on s’est encore créé une multitude d’occasions. On fait un pressing haut, on coince l’adversaire dans sa partie de terrain et sa seule solution est de balancer des longs ballons. Et avec les tours qu’on a derrière, la récupération se fait assez facilement. On a été appliqués, impliqués, et comme le coach l’a dit dans son discours, exemplaires. »

« Si on compare la Belgique à la France, l’Allemagne ou le Brésil, on n’a peut-être pas énormément de ’super talent’ – des Mbappé, des Dembélé – mais on a des joueurs qui sont volontaires, polyvalents et qui sont investis pour l’équipe. Et c’est là où toute la différence se fait. A chaque match, on joue en équipe. Et même si on aura toujours besoin de deux trois individualités, même eux se sacrifient pour le collectif. La force de la Belgique, c’est le groupe. Cet investissement s’est construit progressivement et les premiers résultats se sont vus lors de la Coupe du Monde. Le match contre le Brésil, par exemple où Romelu et Eden ont campé sur les côtés. Pourtant ce n’est pas ce qu’ils aiment faire mais ils l’ont fait pour l’équipe et parce que le coach le demandait. Chacun fait des concessions et c’est le plus important », ajoute le défenseur des Diables.

Avec un 12 sur 12, les Belges sont sur la bonne voie pour se qualifier pour l’Euro 2020 : « Il faut consolider et améliorer nos performances. Rien n’est jamais parfait. Je pense que la Belgique a encore de belles années devant elle. On est en train de fonder les bases pour les jeunes qui nous rejoindront. Il faut une philosophie de jeu et imprimer une mentalité sur le nom Belgique et s’en servir pour plus tard. »

Thomas Meunier est rapidement revenu sur son avenir au PSG, un club dans lequel il souhaite rester : « S’ils me veulent tant mieux, on sera main dans la main. Et s’ils ne me veulent pas, on essayera de trouver une solution. Que ce soit au niveau sportif ou extra-sportif, Paris, c’est Paris. Avec madame et les enfants, on apprécie et on se plaît bien. Il y a cinq ans de cela, c’était juste inespéré pour moi, ne serait-ce que d’être en équipe nationale et de jouer dans un des plus grands clubs européens. Et pourtant, c’est ce qui est arrivé. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Mathieu Golinvaux.

    De 3 à 12 milliards: ce qui va faire exploser la dette de la Communaute française

  2. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

  3. Alexandre Hart aurait, Il a, selon le ministère public, retiré du plaisir dans ce qu’il a fait.

    Affaire Valentin: l’avocate générale laisse peu d’espoir aux assassins

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite