Thomas Meunier après Belgique-Ecosse (3-0): «La force des Diables rouges, c’est le groupe» (vidéo)

Thomas Meunier après Belgique-Ecosse (3-0): «La force des Diables rouges, c’est le groupe» (vidéo)
Photo News

Mardi soir, la Belgique s’est imposée 3-0 à domicile face à l’Ecosse. Un match qui comptait pour les qualifications pour l’Euro 2020 et une victoire qui permet aux Diables d’aller chercher un 12 sur 12. Thomas Meunier, titulaire, a livré son analysé du match : « On a été sérieux de bout en bout. Défensivement, ça a été impeccable. Tout comme le match précédent. Et offensivement, on s’est encore créé une multitude d’occasions. On fait un pressing haut, on coince l’adversaire dans sa partie de terrain et sa seule solution est de balancer des longs ballons. Et avec les tours qu’on a derrière, la récupération se fait assez facilement. On a été appliqués, impliqués, et comme le coach l’a dit dans son discours, exemplaires. »

« Si on compare la Belgique à la France, l’Allemagne ou le Brésil, on n’a peut-être pas énormément de ’super talent’ – des Mbappé, des Dembélé – mais on a des joueurs qui sont volontaires, polyvalents et qui sont investis pour l’équipe. Et c’est là où toute la différence se fait. A chaque match, on joue en équipe. Et même si on aura toujours besoin de deux trois individualités, même eux se sacrifient pour le collectif. La force de la Belgique, c’est le groupe. Cet investissement s’est construit progressivement et les premiers résultats se sont vus lors de la Coupe du Monde. Le match contre le Brésil, par exemple où Romelu et Eden ont campé sur les côtés. Pourtant ce n’est pas ce qu’ils aiment faire mais ils l’ont fait pour l’équipe et parce que le coach le demandait. Chacun fait des concessions et c’est le plus important », ajoute le défenseur des Diables.

Avec un 12 sur 12, les Belges sont sur la bonne voie pour se qualifier pour l’Euro 2020 : « Il faut consolider et améliorer nos performances. Rien n’est jamais parfait. Je pense que la Belgique a encore de belles années devant elle. On est en train de fonder les bases pour les jeunes qui nous rejoindront. Il faut une philosophie de jeu et imprimer une mentalité sur le nom Belgique et s’en servir pour plus tard. »

Thomas Meunier est rapidement revenu sur son avenir au PSG, un club dans lequel il souhaite rester : « S’ils me veulent tant mieux, on sera main dans la main. Et s’ils ne me veulent pas, on essayera de trouver une solution. Que ce soit au niveau sportif ou extra-sportif, Paris, c’est Paris. Avec madame et les enfants, on apprécie et on se plaît bien. Il y a cinq ans de cela, c’était juste inespéré pour moi, ne serait-ce que d’être en équipe nationale et de jouer dans un des plus grands clubs européens. Et pourtant, c’est ce qui est arrivé. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Mais je pense qu’on sort de certains livres différents de ce qu’on était en y entrant.
»

    Boris Cyrulnik au «Soir»: «Rien n’est plus vrai que la fiction»

  2. d-20171010-3HCC2E_high

    Le «Salvator Mundi», victime de la «course à l’armement artistique»?

  3. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite