Thomas Meunier après Belgique-Ecosse (3-0): «La force des Diables rouges, c’est le groupe» (vidéo)

Thomas Meunier après Belgique-Ecosse (3-0): «La force des Diables rouges, c’est le groupe» (vidéo)
Photo News

Mardi soir, la Belgique s’est imposée 3-0 à domicile face à l’Ecosse. Un match qui comptait pour les qualifications pour l’Euro 2020 et une victoire qui permet aux Diables d’aller chercher un 12 sur 12. Thomas Meunier, titulaire, a livré son analysé du match : « On a été sérieux de bout en bout. Défensivement, ça a été impeccable. Tout comme le match précédent. Et offensivement, on s’est encore créé une multitude d’occasions. On fait un pressing haut, on coince l’adversaire dans sa partie de terrain et sa seule solution est de balancer des longs ballons. Et avec les tours qu’on a derrière, la récupération se fait assez facilement. On a été appliqués, impliqués, et comme le coach l’a dit dans son discours, exemplaires. »

« Si on compare la Belgique à la France, l’Allemagne ou le Brésil, on n’a peut-être pas énormément de ’super talent’ – des Mbappé, des Dembélé – mais on a des joueurs qui sont volontaires, polyvalents et qui sont investis pour l’équipe. Et c’est là où toute la différence se fait. A chaque match, on joue en équipe. Et même si on aura toujours besoin de deux trois individualités, même eux se sacrifient pour le collectif. La force de la Belgique, c’est le groupe. Cet investissement s’est construit progressivement et les premiers résultats se sont vus lors de la Coupe du Monde. Le match contre le Brésil, par exemple où Romelu et Eden ont campé sur les côtés. Pourtant ce n’est pas ce qu’ils aiment faire mais ils l’ont fait pour l’équipe et parce que le coach le demandait. Chacun fait des concessions et c’est le plus important », ajoute le défenseur des Diables.

Avec un 12 sur 12, les Belges sont sur la bonne voie pour se qualifier pour l’Euro 2020 : « Il faut consolider et améliorer nos performances. Rien n’est jamais parfait. Je pense que la Belgique a encore de belles années devant elle. On est en train de fonder les bases pour les jeunes qui nous rejoindront. Il faut une philosophie de jeu et imprimer une mentalité sur le nom Belgique et s’en servir pour plus tard. »

Thomas Meunier est rapidement revenu sur son avenir au PSG, un club dans lequel il souhaite rester : « S’ils me veulent tant mieux, on sera main dans la main. Et s’ils ne me veulent pas, on essayera de trouver une solution. Que ce soit au niveau sportif ou extra-sportif, Paris, c’est Paris. Avec madame et les enfants, on apprécie et on se plaît bien. Il y a cinq ans de cela, c’était juste inespéré pour moi, ne serait-ce que d’être en équipe nationale et de jouer dans un des plus grands clubs européens. Et pourtant, c’est ce qui est arrivé. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  2. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

  3. Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.

    Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite