Thomas Meunier après Belgique-Ecosse (3-0): «La force des Diables rouges, c’est le groupe» (vidéo)

Thomas Meunier après Belgique-Ecosse (3-0): «La force des Diables rouges, c’est le groupe» (vidéo)
Photo News

Mardi soir, la Belgique s’est imposée 3-0 à domicile face à l’Ecosse. Un match qui comptait pour les qualifications pour l’Euro 2020 et une victoire qui permet aux Diables d’aller chercher un 12 sur 12. Thomas Meunier, titulaire, a livré son analysé du match : « On a été sérieux de bout en bout. Défensivement, ça a été impeccable. Tout comme le match précédent. Et offensivement, on s’est encore créé une multitude d’occasions. On fait un pressing haut, on coince l’adversaire dans sa partie de terrain et sa seule solution est de balancer des longs ballons. Et avec les tours qu’on a derrière, la récupération se fait assez facilement. On a été appliqués, impliqués, et comme le coach l’a dit dans son discours, exemplaires. »

« Si on compare la Belgique à la France, l’Allemagne ou le Brésil, on n’a peut-être pas énormément de ’super talent’ – des Mbappé, des Dembélé – mais on a des joueurs qui sont volontaires, polyvalents et qui sont investis pour l’équipe. Et c’est là où toute la différence se fait. A chaque match, on joue en équipe. Et même si on aura toujours besoin de deux trois individualités, même eux se sacrifient pour le collectif. La force de la Belgique, c’est le groupe. Cet investissement s’est construit progressivement et les premiers résultats se sont vus lors de la Coupe du Monde. Le match contre le Brésil, par exemple où Romelu et Eden ont campé sur les côtés. Pourtant ce n’est pas ce qu’ils aiment faire mais ils l’ont fait pour l’équipe et parce que le coach le demandait. Chacun fait des concessions et c’est le plus important », ajoute le défenseur des Diables.

Avec un 12 sur 12, les Belges sont sur la bonne voie pour se qualifier pour l’Euro 2020 : « Il faut consolider et améliorer nos performances. Rien n’est jamais parfait. Je pense que la Belgique a encore de belles années devant elle. On est en train de fonder les bases pour les jeunes qui nous rejoindront. Il faut une philosophie de jeu et imprimer une mentalité sur le nom Belgique et s’en servir pour plus tard. »

Thomas Meunier est rapidement revenu sur son avenir au PSG, un club dans lequel il souhaite rester : « S’ils me veulent tant mieux, on sera main dans la main. Et s’ils ne me veulent pas, on essayera de trouver une solution. Que ce soit au niveau sportif ou extra-sportif, Paris, c’est Paris. Avec madame et les enfants, on apprécie et on se plaît bien. Il y a cinq ans de cela, c’était juste inespéré pour moi, ne serait-ce que d’être en équipe nationale et de jouer dans un des plus grands clubs européens. Et pourtant, c’est ce qui est arrivé. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite