Paul Magnette à Raoul Hedebouw: «Les négociations ne sont pas terminées, elles n’ont pas encore commencé»

Les deux partis s’étaient rencontrés ce mardi.
Les deux partis s’étaient rencontrés ce mardi. - PhotoNews

Paul Magnette a réagi ce mercredi sur Twitter après que le PTB ait décidé mardi soir de claquer la porte des négociations avec le parti socialiste. « Les négociations ne sont pas terminées, elles n’ont pas encore commencé », a écrit le Carolo, en réponse au porte-parole du PTB, Raoul Hedebouw.

La deuxième rencontre de la journée entre PS et PTB en vue de la formation du prochain gouvernement wallon a tourné mardi au dialogue de sourd, le PTB n’en finissant plus de dénoncer « le round de communication » mené par le PS qui, lui, fustige une extrême gauche « refusant de prendre ses responsabilités ».

Coalition wallonne : « La gauche mérite mieux qu’une histoire de com’», lance Raoul Hedebouw

Paul Magnette et Elio Di Rupo ont toutefois proposé une nouvelle rencontre à Raoul Hedebouw. Une invitation que le porte-parole du PTB a fermement déclinée : « Nous ne viendrons pas. Dans ce cadre-là, sans rupture, ça ne sert à rien de revoir le PS. »

Le PS souhaite poursuire les discussions

« Nous avons parlé à peine 4h d’une dizaine de sujets essentiels et complexes. Sur chacun nous sommes d’accord sur le principe et demandons à débattre en détails », a réagi ce mercredi Paul Magnette, qui souhaite poursuivre les discussions avec le PTB.

Le président du partin Elio Di Rupo, avait affirmé mardi que « la démarche du PS est sincère, le PTB doit arrêter de chercher des prétextes. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre compétente Marie-Christine Marghem (MR) s’était plusieurs fois plainte de rencontrer très peu d’intérêt chez les ministres compétents au sein des Régions.

    Le développement durable est le cadet des soucis de la Belgique

  2. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  3. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite