Coalition wallonne: Nollet déplore le «cinéma» survenu mardi à Namur lors de la rencontre PS-PTB

Coalition wallonne: Nollet déplore le «cinéma» survenu mardi à Namur lors de la rencontre PS-PTB

Le co-président d’Ecolo Jean-Marc Nollet a qualifié mercredi de «cinéma» les tensions survenues la veille à Namur à l’occasion de la rencontre entre négociateurs PS et PTB pour la formation d’une nouvelle majorité wallonne.

>Coalition wallonne: le PTB ne se rendra pas aux consultations du PS jeudi

A son arrivée au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour y rencontrer Elio Di Rupo et Paul Magnette, M. Nollet s’est refusé à commenter le refus du PTB de rencontrer une nouvelle fois les négociateurs PS jeudi, ce qui semble fermer la porte à une majorité dite «progressiste».

«Je ne vais pas tomber dans le travers de faire de ce moment de rencontre extrêmement important un show de communication», a indiqué M. Nollet.

>Paul Magnette à Raoul Hedebouw: «Les négociations ne sont pas terminées, elles n’ont pas encore commencé»

Tensions

Accompagné de ses chefs de groupe Stéphane Hazée et Barbara Trachte, le co-président d’Ecolo a dit vouloir profiter de cette seconde rencontre avec les négociateurs PS pour développer le projet des écologistes en matière d’enseignement, de petite enfance, de jeunesse et de culture, des compétences qui relèvent toutes de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

«Tout cela mérite bien mieux que le cinéma que j’ai vu hier...», a lâché M. Nollet.

Le second tour de consultations politiques en Wallonie a pris un ton électrique mardi à Namur en raison de vives tensions apparues entre négociateurs PS et PTB.

Raoul Hedebouw précisait d’ailleurs mardi soir que le PTB ne participerait pas à la nouvelle rencontre avec l’état-major PS prévue jeudi à Namur. «Nous ne viendrons pas. Dans ce cadre-là, sans rupture, ça ne sert à rien de revoir le PS», affirmait le porte-parole du parti de gauche radicale. «Nous avons fait le tour de tous les points et nous sommes au bout d’un cycle. Le PS a déjà la tête ailleurs. Il faut que les socialistes arrêtent de nous prendre pour des cons et nous respectent.»

Coalition wallonne : « La gauche mérite mieux qu’une histoire de com’», lance Raoul Hedebouw

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les chroniqueurs de Radio Chiara sont des migrants qui souhaitent partager leur culture, musique et histoires personnelles sur les ondes.

    Une chaîne radio porte la voix des migrants en Suisse

  2. Ramallah le 24 juin
: ils protestent contre la conférence de Manama. «
La Palestine n’est pas à vendre
!
»

    Proche-Orient: un déluge de dollars pour oublier la Palestine?

  3. d-20190621-3UMA5P 2019-06-21 15:38:32

    Déshydratation, sommeil, insolation… comment se prémunir des problèmes de santé liés aux fortes chaleurs

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Politiques, svp, prenez le grand-angle. Arrêtez le microscope!

    On sait que la politique est souvent « un nid de jeux et d’intrigues » comme le rappelait cyniquement dans nos colonnes le mythique Adam Michnik, directeur du journal polonais Gazeta Wyborcza. On sait qu’il faut des négociations, des compromis, des stratégies, des calculs et que le résultat des élections force à des contorsions, des subterfuges, parfois des parjures.

    Mais, comment vous dire… L’état de la société et de la planète provoque soudain une grosse fatigue à la vue de la...

    Lire la suite