Euro espoirs 2019: les Diablotins de Johan Walem dans une poule difficile avec l’Italie

Euro espoirs 2019: les Diablotins de Johan Walem dans une poule difficile avec l’Italie
Photo News

Les Diablotins de Johan Walem donneront dimanche (18h30) au Stadio Città del Tricolore de Reggio Emilia, le coup d’envoi du 22e Championnat d’Europe de football des Espoirs de moins de 21 ans (du 16 au 30 juin) contre La Pologne. Un match d’ouverture qu’ils devront à tout prix remporter, compte tenu que leurs deux autres adversaires dans le Groupe A sont l’Italie, considérée comme la grandissime favorite de l’épreuve dans sa botte, et l’Espagne, également rangée parmi les principales prétendantes au titre avec l’Allemagne, tenante du trophée, dans le Groupe B, la France et l’Angleterre, dans le Groupe C.

On savait en effet depuis le tirage au sort des groupes effectué par Andrea Pirlo, fin novembre, que la Belgique, placée dans le troisième chapeau, n’avait pas éte gâtée. Mais maintenant que le valpolicella a été tiré, il faut bien le boire.

La Pologne de Czeslaw Michniewicz, c’est un peu l’inconnue du groupe.

Même si elle compte en ses rangs des joueurs comme Jakub Piotrowski (Genk), Bartosz Kapustka (OH Louvain) ou encore Dawid Kownacki (Fortuna Düsseldorf), la vedette de l’équipe, meilleur buteur des qualifications avec 11 buts marqués.

Mais on le répète, les Belges n’ont pas d’autre choix que de vaincre cette équipe, avant de se mesurer aux Espagnols trois jours plus tard, et enfin aux Italiens le 22, toujours dans le même stade de Sassuolo (Serie A).

Moise Kean en fer de lance

Seul les trois vainqueurs de groupes et le meilleur deuxième, se qualifient pour les demi-finales et... le Tournoi olympique de Tokyo 2020.

L’Espagne de Luis de la Fuente s’appuie sur l’attaquant du Real Madrid Borja Mayoral (8 buts, 2 assists en qualifications), mais aussi sur quatre joueurs ayant déjà effectué leur débuts sous le maillot de La Roja: Dani Ceballos (Real Madrid), Mikel Oyarzabal (Real Sociedad), Fabian Ruiz (Naples) et Pablo Fornals (Villarreal).

Le sélectionneur italien Luigi Di Biagio n’a lui pas hésité à retenir ... huit joueurs pêchés dans le vivier de la Squadra Azzurra.

Il s’agit en l’occurrence du défenseur Gianluca Mancini (Atalanta Bergame), des milieux de terrain Rolando Mandragora (Udinese), Nicolo Barella (Cagliari), Nicolo Zaniolo (AS Rome) et Lorenzo Pellegrini (AS Rome), et des (redoutables) attaquants Moise Kean (Juventus), Federico Chiesa (Fiorentina) et Patrick Cutrone (AC Milan).

On rappellera quand même que le 11 octobre dernier, les U21 Belges avaient été gagner 0-1 en Italie. Ce qui est évidemment bon pour la confiance. Les espoirs belges n’ont disputé que deux fois la phase finale de l’Euro U21.

En 2002 en Suisse, où ils ont été éliminés en phase de groupes, et en 2007 aux Pays-Bas, où ils ont atteint les demi-finales. Une performance qui leur avait ouvert les portes des Jeux Olympiques de Pékin en 2008. La génération actuelle des Diables Rouges, avec notamment Jan Vertonghen, Mousa Dembélé, Vincent Kompany ou encore Marouane Fellaini, y avait pris une belle 4e place.

L’Espagne a décroché le titre européen U21 en 1986, 1998, 2011 et 2013, l’Italie en 1992, 1994, 1996, 2000 et 2004.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©Belga

    Par Jonas Bernard

    Diables rouges

    Euro Espoirs: une défaite cruelle pour les Diablotins

  • Neymar voudrait revenir au Barça.

    Par Philippe Gerday

    France

    Entre Neymar et le PSG, la lassitude est réciproque

  • 112 buts en 146 sélections pour Marta qui n’a jamais gagné la Coupe du monde.

    Par Vincent Josephy

    Football international

    Mondial féminin: Marta, une reine en quête de couronne

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite