Chris Froome privé de Tour de France après sa chute au Critérium du Dauphiné

Chris Froome privé de Tour de France après sa chute au Critérium du Dauphiné
AFP

Chris Froome (Ineos) ne sera pas au départ du Tour de France le 6 juillet à Bruxelles. Le Britannique, quadruple vainqueur de la Grande Boucle, a chuté mercredi lors de la reconnaissance de la 4e étape du Critérium du Dauphiné (WorldTour), un contre-la-montre à Roanne, et a été transporté à l’hôpital. Dave Brailsford, le manager d’Ineos, a ensuite confirmé le forfait de Froome pour le Tour.

Très discret depuis le début de la saison, Froome, 34 ans, était monté en régime depuis le début de la semaine et occupait la 8e place du classement du Critérium du Dauphiné, à 24 secondes du leader Dylan Teuns (Bahrain Merida).

« Il roulait très vite dans la descente. Il a lâché le guidon. Il y avait beaucoup de vent et il a pris dans sa roue. Il a terminé dans un mur. C’est un accident grave. Heureusement, une ambulance de l’organisation était présente. Il est dans un état sérieux. On va faire le maximum pour prendre soin de lui. On va lui apporter du soutien à lui et à sa famille. C’est clair qu’il ne sera pas au départ du Tour », a déclaré le manager de l’équipe au micro de France Television.

«Ça change la donne pour le Tour de France», selon Christian Prudhomme

Sur le même sujet
CyclismeChristopher Froome
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les chroniqueurs de Radio Chiara sont des migrants qui souhaitent partager leur culture, musique et histoires personnelles sur les ondes.

    Une chaîne radio porte la voix des migrants en Suisse

  2. d-20190621-3UMA5P 2019-06-21 15:38:32

    Déshydratation, sommeil, insolation… comment se prémunir des problèmes de santé liés aux fortes chaleurs

  3. Au CDH, on campe sur ses positions. «
Notre parti n’est pas en capacité de peser dans le rapport de forces au sein d’une majorité en Wallonie, il faut être conséquents, nous avons fait le choix de l’opposition
», Julien Matagne.

    Négociations wallonnes: le coquelicot irrite au CDH et exaspère au MR

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Politiques, svp, prenez le grand-angle. Arrêtez le microscope!

    On sait que la politique est souvent « un nid de jeux et d’intrigues » comme le rappelait cyniquement dans nos colonnes le mythique Adam Michnik, directeur du journal polonais Gazeta Wyborcza. On sait qu’il faut des négociations, des compromis, des stratégies, des calculs et que le résultat des élections force à des contorsions, des subterfuges, parfois des parjures.

    Mais, comment vous dire… L’état de la société et de la planète provoque soudain une grosse fatigue à la vue de la...

    Lire la suite