La ville de Bruges ne veut plus des touristes d’un jour

Plus de 8,3 millions de touristes ont visité la ville de Bruges en 2018.
Plus de 8,3 millions de touristes ont visité la ville de Bruges en 2018. - Belga

Entre 50.000 et 60.000 touristes se sont rendus chaque jour à Bruges lors des deux dernières semaines de 2018, pour un total de 8,3 millions de visiteurs sur l’année, soit 900.000 de plus qu’en 2017. Et c’est beaucoup trop pour le bourgmestre de Bruges, Dirk De fauw (CD&V). « Ce sont trois touristes par habitant dans le centre-ville ».

Parmi ces huit millions de visiteurs, plus de 6 millions de touristes ne sont restés dans la ville qu’entre une et trois heure(s). Tout comme Amsterdam, Bruges a décidé de ne plus faire la promotion de la ville pour les touristes d’un jour. « Ce n’est pas qu’il n’y a plus de place dans notre ville. Les hôtels ne sont pas complets toute l’année. Mais nous devons viser un tourisme de qualité, avec des gens qui séjournent ici plusieurs jours, mangent bien, visitent les musées. Pas les grands groupes qui arrivent ici en bus pour trois heures avant de retourner sur leur bateau de croisière », explique le bourgmestre dans De Standaard.

Des mesures vont d’ailleurs être prises en ce sens. Pour limiter les touristes de croisière, Bruges a trouvé un accord avec le port de Zeebruges : un maximum de deux navires de croisière pourront amarrer en même temps, alors qu’actuellement, il était parfois question de 4 ou 5 bateaux. Et cela ne s’arrête pas là : si, actuellement, les maisons du centre ne peuvent pas être transformées en logements de vacances, le bourgmestre veut étendre cette mesure à toute la ville.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite