La ville de Bruges ne veut plus des touristes d’un jour

Plus de 8,3 millions de touristes ont visité la ville de Bruges en 2018.
Plus de 8,3 millions de touristes ont visité la ville de Bruges en 2018. - Belga

Entre 50.000 et 60.000 touristes se sont rendus chaque jour à Bruges lors des deux dernières semaines de 2018, pour un total de 8,3 millions de visiteurs sur l’année, soit 900.000 de plus qu’en 2017. Et c’est beaucoup trop pour le bourgmestre de Bruges, Dirk De fauw (CD&V). « Ce sont trois touristes par habitant dans le centre-ville ».

Parmi ces huit millions de visiteurs, plus de 6 millions de touristes ne sont restés dans la ville qu’entre une et trois heure(s). Tout comme Amsterdam, Bruges a décidé de ne plus faire la promotion de la ville pour les touristes d’un jour. « Ce n’est pas qu’il n’y a plus de place dans notre ville. Les hôtels ne sont pas complets toute l’année. Mais nous devons viser un tourisme de qualité, avec des gens qui séjournent ici plusieurs jours, mangent bien, visitent les musées. Pas les grands groupes qui arrivent ici en bus pour trois heures avant de retourner sur leur bateau de croisière », explique le bourgmestre dans De Standaard.

Des mesures vont d’ailleurs être prises en ce sens. Pour limiter les touristes de croisière, Bruges a trouvé un accord avec le port de Zeebruges : un maximum de deux navires de croisière pourront amarrer en même temps, alors qu’actuellement, il était parfois question de 4 ou 5 bateaux. Et cela ne s’arrête pas là : si, actuellement, les maisons du centre ne peuvent pas être transformées en logements de vacances, le bourgmestre veut étendre cette mesure à toute la ville.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La méthode d’estimation de la Commission est remise en cause.

    Budget: et si l’Italie n’était pas hors-la-loi?

  2. «
Mais je pense qu’on sort de certains livres différents de ce qu’on était en y entrant.
»

    Boris Cyrulnik au «Soir»: «Rien n’est plus vrai que la fiction»

  3. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite