Chris Froome forfait pour le Tour de France: «Ça change la donne», selon Christian Prudhomme

©Photonews
©Photonews

Une grave chute à l’entraînement a anéanti mercredi à Roanne les chances de Chris Froome (Ineos), forfait bien sûr pour le Critérium du Dauphiné mais surtout, d’ores et déjà, pour le Tour de France qu’il envisageait de gagner pour la cinquième fois cet été.

Froome souffrirait notamment d’une fracture ouverte du fémur, selon un témoin présent sur les lieux de l’accident. Il est également touché à d’autres endroits du corps (coude notamment).

C’est une rafale de vent qui est à l’origine de la chute de Froome, parti reconnaître en milieu de journée, sous le soleil, le parcours du contre-la-montre du Dauphiné avec son lieutenant, le grimpeur néerlandais Wout Poels.

« Ils roulaient très vite, il y avait beaucoup de vent. Le vent a pris la roue de devant et il (Froome) est rentré dans un mur », a expliqué Dave Brailsford, manager d’Ineos.

La chute du quadruple vainqueur du Tour de France s’est produite dans le village de Saint-André d’Apchon (Loire), sur une ligne droite et en descente. À cet endroit, les coureurs passent à environ 60 km/h, la vitesse estimée par plusieurs d’entre eux.

Blessure la plus sérieuse de la carrière de Froome

Froome, trois fois vainqueur du Dauphiné et quadruple vainqueur du Tour, utilisait l’épreuve alpestre comme un test à l’approche du Tour. Très discret depuis le début de la saison, il était monté en régime depuis le début de la semaine et occupait la 8e place du classement, à 24 secondes du Belge Dylan Teuns.

« On lui souhaite le meilleur rétablissement », a déclaré le directeur du Tour, Christian Prudhomme, qui a évoqué les conséquences sur la prochaine édition de la Grande Boucle. « Sans lui ou avec lui, ça ne peut pas évidemment être la même chose. Chris Froome a été le personnage central du Tour depuis 2013. »

« Ce forfait quasi-certain d’après Dave Brailsford change la donne », a ajouté le directeur du Tour. « Même si l’équipe Ineos est très forte avec le tenant du titre, (le Britannique) Geraint Thomas, qu’il ne faut surtout pas sous-estimer et (le Colombien) Egan Bernal qui va être son lieutenant si ce n’est plus ».

La blessure, dont la gravité reste à confirmer, serait toutefois la plus sérieuse dans la carrière de Froome depuis qu’il est arrivé au plus haut niveau au début des années 2010 (4 Tours, 1 Giro, 1 Vuelta).

Dans un passé récent, le Britannique de 34 ans est tombé à plusieurs reprises, notamment lors de la reconnaissance du parcours du contre-la-montre inaugural du Giro 2018 à Jérusalem. Mais il avait pu prendre part à la course et la gagner trois semaines plus tard.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La méthode d’estimation de la Commission est remise en cause.

    Budget: et si l’Italie n’était pas hors-la-loi?

  2. «
Mais je pense qu’on sort de certains livres différents de ce qu’on était en y entrant.
»

    Boris Cyrulnik au «Soir»: «Rien n’est plus vrai que la fiction»

  3. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite