France: Edouard Philippe annonce une baisse d’impôt de 27 milliards sur le quinquennat

Edouard Philippe prononce son discours à l’Assemblée nationale
Edouard Philippe prononce son discours à l’Assemblée nationale - AFP

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé mercredi des baisses d’impôts sur le revenu pour les classes moyennes qui permettront d’atteindre le chiffre « historique » de 27 milliards de réduction de la fiscalité sur les ménages durant le quinquennat. « Au total, les impôts des ménages baisseront durant ce quinquennat de 27 milliards d’euros », a affirmé le Premier ministre dans son discours de politique générale à l’Assemblée nationale.

Assurance chômage, extension de la PMA, lutte anti-stupéfiant… : la déclaration de politique générale, qu’Edouard Philippe a prononcé ce mercredi devant l’Assemblée nationale, permet au Premier ministre de présenter son programme et d’affirmer son style. C’est la deuxième fois qu’Edouard Philippe se livre à cet exercice, après la confiance accordée à son arrivée au pouvoir en 2017 par une Assemblée très largement renouvelée à la suite de l’élection d’Emmanuel Macron.

Détail des gains

M. Philippe a donné le détail des gains pour les classes moyennes de la baisse de l’impôt sur le revenu de cinq milliards d’euros annoncée par le président Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse de fin avril. « Le taux d’imposition de la première tranche de l’impôt sur le revenu, qui regroupe 12 millions de foyers, sera abaissé de trois points. Cela représente un gain moyen par foyer de 350 euros, soit, à ce niveau, un tiers de l’impôt en moyenne », a-t-il expliqué.

« C’est massif, c’est clair, c’est net », a-t-il souligné, précisant que les cinq millions de foyers de la tranche suivante « bénéficieront d’un gain moyen de 180 euros ». Ces baisses seront approuvées dans le projet de loi de finances pour l’année prochaine, a-t-il souligné. M. Philippe a également confirmé que « la taxe d’habitation sur les résidences principales sera intégralement supprimée pour l’ensemble des Français ». Pour 80 % des « Français les plus modestes (…) leur taxe sera intégralement supprimée en 2020. Pour les 20 % restants, la suppression se déploiera sur trois années », a-t-il affirmé.

« Contenir nos dépenses publiques »

Le Premier ministre a toutefois prévenu que ces baisses d’impôts contraindront le gouvernement à « faire des choix pour contenir nos dépenses publiques ». Il n’a toutefois pas donné de détails sur les économies envisagées, laissant le soin au ministre des Finances Bruno Le Maire et à celui des Comptes publics Gérald Darmanin de dévoiler « au début du mois de juillet les choix du gouvernement ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les chroniqueurs de Radio Chiara sont des migrants qui souhaitent partager leur culture, musique et histoires personnelles sur les ondes.

    Une chaîne radio porte la voix des migrants en Suisse

  2. Ramallah le 24 juin
: ils protestent contre la conférence de Manama. «
La Palestine n’est pas à vendre
!
»

    Proche-Orient: un déluge de dollars pour oublier la Palestine?

  3. d-20190621-3UMA5P 2019-06-21 15:38:32

    Déshydratation, sommeil, insolation… comment se prémunir des problèmes de santé liés aux fortes chaleurs

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Politiques, svp, prenez le grand-angle. Arrêtez le microscope!

    On sait que la politique est souvent « un nid de jeux et d’intrigues » comme le rappelait cyniquement dans nos colonnes le mythique Adam Michnik, directeur du journal polonais Gazeta Wyborcza. On sait qu’il faut des négociations, des compromis, des stratégies, des calculs et que le résultat des élections force à des contorsions, des subterfuges, parfois des parjures.

    Mais, comment vous dire… L’état de la société et de la planète provoque soudain une grosse fatigue à la vue de la...

    Lire la suite