Des enfants de djihadistes pourraient être rapatriés dans les prochains jours, selon Didier Reynders

Didier Reynders
Didier Reynders - Belga

Des progrès ont été enregistrés sur l’épineuse question du rapatriement des enfants belges nés de djihadistes partis combattre dans les rangs de l’État islamique (EI) et retenus en Syrie, avec la signature d’un memorandum d’entente avec les autorités du Kurdistan irakien, a indiqué mercredi le ministre des Affaires étrangères et de la Défense, Didier Reynders.

«Ce MoU (memoradum d’entente) a été signé sur place» à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan, à la suite de négociations menées par les Affaires étrangères, a-t-il précisé à l’issue d’un comité ministériel restreint ("kern") rassemblant les principaux ministres du gouvernement fédéral et qui a fait le point sur la question.

Les enfants d’un djihadiste belge rapatriés de la Syrie vers les Pays-Bas

Reynders (MR) a émis l’espoir que cette opération de rapatriement limitée puisse se concrétiser «dans les prochains jours ou semaines», tout en restant discret sur les modalités. Il doit encore avoir des contacts avec son homologue irakien, le Kurdistan faisant partie stricto sensu de l’Irak et les relations entre Bagdad et Erbil étant souvent tumultueuses.

Ce MoU porte sur la réception des enfants - en principe âgés de 10 à 12 ans au maximum et en donnant la priorité aux orphelins - et leur transfert des camps du nord-est de la Syrie vers Erbil à travers l’Irak, a ajouté le chef de la diplomatie belge.

«Nous procédons comme d’autres pays l’ont fait», a-t-il souligné, en expliquant que le ministère de la Défense pourrait apporter une aide «sur le plan logistique».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous