Accueil

Une alliance PS - N-VA? «Je ne suis pas en train de lancer des exclusives», dit Elio Di Rupo

« Le prochain gouvernement fédéral, ce sera avec la N-VA sans le PS, ou avec le PS sans la N-VA », avait assuré le président socialiste au Soir, avant les élections du 26 mai.

Temps de lecture: 2 min

Le parti socialiste ne ferme plus nécessairement la porte à une discussion au fédéral avec la N-VA si elle peut permettre une augmentation du pouvoir d’achat des citoyens et un renforcement de la protection sociale, a laissé entendre jeudi le président du PS Elio Di Rupo, invité de Matin Première (RTBF). Former un gouvernement fédéral « sans avoir à traiter de questions institutionnelles, cela peut être un autre univers », a indiqué M. Di Rupo.

Durant la campagne électorale, le PS et la N-VA s’étaient lancé des exclusives rendant impossible un gouvernement fédéral avec ces deux formations. Or, PS et N-VA demeurent les premiers partis, les nationalistes au nord du pays, les socialistes au sud. « Je prends acte de la réalité politique à l’issue des élections. Je ne suis pas en train de lancer des exclusives  », a indiqué jeudi M. Di Rupo, renvoyant au travail réalisé par les deux informateurs royaux Didier Reynders et Johan Vande Lanotte.

Peu de temps après avoir tenu ses propos, Elio Di Rupo a affirmé sur Twitter : « Que ce soit clair : le PS ne souhaite pas gouverner avec la N-VA. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 13 juin 2019, 12:06

    @ Björn Deckers Vous me demandez quel est ma proposition de coalition. Je l'avais présentée avant les élections: La suédoise + les verts. Soit NVA + OpenVLD/MR + CD&V + Ecolo/Groen. Impossible? Très difficile, c'est vrai, mais c'est celle qui a ma préférence. C'est aussi la seule qui pourrait convaincre la NVA de ne pas discuter Confédéralisme. Pour cela, il faut convaincre les écologistes qu'une écologie pragmatique, c'est toujours de l'écologie, et convaincre la NVA que l'urgence écologique est bien réelle et qu'il faut s'y consacrer pleinement. A ce sujet, la base de discussion pourrait bien être l'extension des centrales nucléaires, voir la construction d'une nouvelle, puisqu'il est établi qu'on ne pourra pas sérieusement réduire la facture carbone sans le nucléaire (à mon grand regret, du reste). En échange de quoi, la NVA accepterait une série de mesures "raisonnables" proposées par les écologistes. Et à mon avis, le seul qui puisse jouer l'entremetteur dans cette histoire, c'est le MR.

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 13 juin 2019, 13:26

    Vous avez raison. La suédoise + Groen-Ecolo est une piste numérique. Sur le plan politique, elle ne paraît pas évidente. Mais en effet, elle permettrait à la fois d'éviter le face-à-face forcément communautaire PS/NVA et un clash de toute façon inévitable sur le plan socio-économique. Mais votre propos est juste, le MR va devoir mouiller sérieusement la chemise pour rapprocher ses nouveaux amis de la NVA et les écologistes.... que le MR a durement rudoyer pendant la campagne... Si Charles Michel parvient à sortir celle-là, il pourra sans mal postuler à la présidence du Conseil européen. Il aura gagné largement ses galons ;p)

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 13 juin 2019, 11:50

    @ Björn Deckers Vous dites que le PS est fédéraliste et vous ajoutez: fédéraliste à 3 régions (VLA, BXL, WAL). Je vous crois, mais ce régionalisme-là, c'est toujours du confédéralisme et l'issue est toujours la même: l'indépendance à termes de la Flandre. Alors OK, admettons que le PS et la NVA se mettent autour d'une table. Pour parler de quoi? Leurs programmes socio-économiques sont totalement incompatibles. La NVA exigera de discuter de Confédéralisme, même si le PS ne le veut pas. Du reste, c'est ce que la NVA avait annoncé, et on sait que ce que la NVA (et les nationalistes flamands, en général) annoncent, ils le font. Toujours. 'est démontré. Comme vous le dites par ailleurs, le Confédéralisme de la NVA est à 2 communautés: flamande et francophone, avec cogestion de Bruxelles et je suis d'accord là aussi. Mais si c'est deux-là discutent autour d'une même table, le PS (même avec le MR) ne pourra rien faire d'autres que d'accepter de discuter Confédéralisme. Qui dit fédéralisme à 3, dit Bruxelles région à part entière. Ça veut dire: les flamands hors de Bruxelles. C'est-à-dire que les Flamands devraient accepter de sacrifier ce qui est LEUR capitale et d'aller installer leurs pénates ailleurs. Et ça c'est IM-PO-SSIBLE. Onbespreekbaar, onaanvaarbaar, etc,... A discuter de ce sujet, la conséquence est innéluctable: le PS finira par accepter la cogestion de Bruxelles (vraisemblablement contre quelques biscuits). Ça ne pourra pas se faire durant cette législature, mais on imagine qu'ils pourraient s'accorder sur un programme minimum dont le noyau serait la mise en place du Confédéralisme pour la législature suivante (à 2 + cogestion de BXL). La présente pouvant éventuellement être écourtée. Quoi qu'il arrive, à termes le résultat est le même: la Flandre deviendra indépendante. Et au final, comme je le dis depuis longtemps, tout cela pourrait fort bien arranger le PS, qui lui permettrait d'assoir ad vitam son hégémonie sur la Wallonie, le seul territoire qui compte vraiment pour eux (Bruxelles étant "expandable").

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 13 juin 2019, 11:33

    Van Obberghen Paul, ce que je n'accepte pas, c'est que les francophones continuent à se flageller parce qu'ils choisissent des partis fédéralistes progressistes (PS et Ecolo), ils sont traités de fossoyeurs du pays. C'est une honte! Les seuls séparatistes sont flamands. Et si ceux ci utilisent le prétexte qu'ils sont de droite et nous de gauche, ils oublient soigneusement de remarquer que le VB a effectué son carton dans les quartiers pauvres de Flandre (et oui ça existe la misère flamande) et sur un programme socio-économique qui est une copie du programme du PTB-PVDA! Et donc, non les flamands ne réagissent pas par rapport à une Wallonie à gauche. Ils versent dans le séparatisme et le racisme, indépendamment des électeurs Wallons. Cessons cette auto-flagellation ridicule. Le séparatisme, il est au nord et nulle part ailleurs.

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 13 juin 2019, 12:14

    Rappelez-vous la dernière réforme de l'état, et la précédente, et la précédente, et la précédente... Ce sont TOUJOURS les francophones qui cédent face aux revendications flamandes, et TOUJOURS après avoir affiché une fermeté de façade, construisant pièces par pièces l'innéluctable indépendance de la Flandre. Alors, c'est vrai, les francophones ne sont pas les meurtriers de la Belgique, mais ils sont au moins coupable par association. Et les fossoyeurs que je dis ne sont pas des assassins. Ils se contentent de construire le cercueil, de mettre en bière la défunte et de l'enterrer. C'est exactement ce que font les francophones depuis 60 ans. Et je ne vois pas ce qui changerait demain à cela: Les francophones sont des lâches et des trouillards. Ça n'est pas de l'auto-flagelation: c'est un fait. C'est l'Histoire de Belgique.

Plus de commentaires

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs