Enfants de djihadistes: la Belgique rapatrie six orphelins résidant dans des camps gérés par des Kurdes

Enfants de djihadistes: la Belgique rapatrie six orphelins résidant dans des camps gérés par des Kurdes

L’accord de principe que le gouvernement fédéral belge a signé avec les autorités kurdes afin de rapatrier des enfants de combattants belges de l’Etat islamique concerne six enfants, tous nés en Belgique, et qui selon l’analyse des services de sécurité n’ont plus de parents, a indiqué jeudi le vice-premier ministre et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo sur la VRT-Radio. « Nous ne laissons pas mourir ces enfants », a-t-il précisé.

La mise au jour de cet accord avec la Belgique a fait l’objet d’une fuite mercredi via une agence de presse kurde. L’information a été confirmée par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders. La décision de rapatrier des enfants a fait l’objet d’une décision du comité ministériel restreint.

« Il s’agit de six enfants qui n’ont plus de parents », a précisé jeudi Alexander De Croo. « Il n’y a pas d’excuses pour les choix faits par leurs parents, qui sont injustifiables, mais ce sont les choix de leurs parents. Une partie de ces enfants ont également été enlevés et séjournent (dans ces camps) dans des circonstances parfois horribles », a-t-il dit.

Selon Alexander De Croo, tous les enfants concernés sont nés en Belgique ; deux des six enfants ont moins de dix ans. « Tous les enfants ont fait l’objet d’une analyse approfondie de la part du service de renseignement de la Défense ainsi que de l’OCAM, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace. L’OCAM estime que les six enfants peuvent être rapatriés. En tant que gouvernement fédéral et comme ministre il faut pouvoir faire confiance aux services », a-t-il dit. Chaque enfant fera l’objet d’un accompagnement adapté lors de son arrivée en Belgique.

Il n’est pas question à ce stade d’envisager d’autres opérations du même type.

Avant la Belgique, d’autres Etats européens ont entrepris des opérations similaires.

Francken doute

L’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migrations Theo Francken (N-VA) a condamné une telle décision. Il a mis en doute que ces enfants soient réellement orphelins et a prédit que la Belgique sera contrainte d’accepter également leurs mères djihadistes sur le territoire.

► Enfants de djihadistes : « Je doute que ce soit des orphelins, on va devoir ramener les mères aussi », dit Francken

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite