Le Conseil d’Etat annule les licences d’exportations d’armes wallonnes en Arabie saoudite

Le Conseil d’Etat annule les licences d’exportations d’armes wallonnes en Arabie saoudite

Saisi, fin 2017, par la Coordination nationale d’action pour la paix et la démocratie (CNAPD) et par la Ligue des Droits humains sur la question des licences d’exportations d’armes wallonnes vers l’Arabie saoudite, le Conseil d’Etat a décidé, vendredi, d’annuler une série de licences d’exportations octroyées à la FN Herstal et à CMI, faute notamment d’un examen minutieux de la question des droits fondamentaux au royaume wahhabite.

Ces licences avaient déjà été suspendues en juin 2018. A l’époque, le Conseil d’Etat avait estimé que la Région wallonne n’avait «pas démontré concrètement qu’elle avait procédé à un examen minutieux et prudent de certains des critères prévus par le décret du 21 juin 2012 relatif à l’importation, à l’exportation, au transit et au transfert d’armes civiles et de produits liés à la défense».

Sont notamment concernées par cette annulation les licences d’exportations octroyées à la FN Herstal pour ses munitions et explosifs de réglages de fusées ainsi que pour ses armes à canon lisse et ses armes automatiques d’un calibre inférieur à 12,7 mm et leurs accessoires.

Parallèlement, les licences d’exportations des tourelles à canons de CMI Defence, qui sont assemblées au Canada pour ensuite équiper les blindés légers destinés aux forces de sécurité saoudiennes, ont elles aussi été annulées.

« Opacité totale »

«Les 5 arrêts rendus ce vendredi sont une suite logique des suspensions prononcées le 30 juin 2018. Le Conseil d’Etat est allé au bout de sa logique» en réaffirmant que les licences d’exportations d’armes doivent faire l’objet de justifications et de motivations suffisantes, a commenté Manuel Lambert, le conseiller juridique de la Ligue des Droits humains.

«C’est un rappel pour le gouvernement wallon qui doit arrêter de délivrer des licences d’exportations à destination de l’Arabie saoudite», a-t-il ajouté en pointant à nouveau «l’opacité totale du système d’octroi de ces licences».

Fin mai, la Ligue des Droits humains avait déjà obtenu gain de cause devant la Cour d’appel de Liège. Celle-ci avait confirmé que l’absence de motivation formelle pour les licences d’exportations d’armes constitue une faute et avait octroyé une indemnisation à la Ligue.

Cette victoire judiciaire s’inscrit dans le cadre d’une série de suspensions et d’annulations de décisions d’octroi de licences prononcées depuis 2009 par le Conseil d’Etat, dont la dernière ce vendredi.

Entre-temps, malgré ces décisions, des licences ont continué à être octroyées, avec à la clé des exportations d’armes vers la Libye, le gouvernement régional ayant organisé l’octroi de ces licences par voie décrétale.

«Un système d’une opacité totale et une question dont devra absolument se saisir la prochaine majorité», a conclu Manuel Lambert.

>Armes belges livrées à l’Arabie saoudite: «La Wallonie respectera les règles internationales», a déclaré Willy Borsus

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Avec la politique de rémunération fixée par le gouvernement Di Rupo qui plafonne les revenus des dirigeants d’entreprise publique, il ne sera pas aisé de trouver un remplacant à Koen Van Gerven.

    bpost devra poursuivre sa mue avec un nouveau CEO

  3. HUNGARY-GERMANY-AUSTRIA-PAN-EUROPEAN-PICNIC-IRON-CURTAIN

    Il y a 30 ans, le «Rideau de fer» se levait

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite