Nikos Aliagas annonce son départ de la matinale d’Europe 1

Nikos Aliagas
Nikos Aliagas - AFP

Nikos Aliagas a annoncé vendredi son départ de la matinale d’Europe 1, tranche horaire qu’il animait depuis seulement une saison après avoir pris la suite de Patrick Cohen alors que la station connaît une passe difficile, avec des audiences au plus bas.

« Après quasiment dix années passées à Europe 1, j’ai choisi de mettre la radio entre parenthèses. Je ne serai donc ni à la matinale, ni ailleurs dans la grille des programmes », a-t-il annoncé au Figaro, au lendemain d’un entretien avec Arnaud Lagardère, patron de la station et du groupe qui porte son nom.

« Je ne pars pas non plus pour aller ailleurs », a souligné l’animateur, un des préférés des Français (11e) d’après un classement dévoilé cette semaine par TV Magazine. Il était arrivé à ce poste très exposé en septembre 2018.

« Une matinale, c’est une lessiveuse. Je viens tout juste d’avoir 50 ans. Et dans la vie d’un homme, c’est un moment où l’on prend davantage de recul », a expliqué Nikos Aliagas. Les spéculations autour de son départ allaient bon train ces derniers jours.

La station en crise

Avec ce départ, Europe 1 va entamer sa troisième saison avec à sa tête un nouvel animateur, signe de la crise que la station traverse.

Après avoir recruté la star de la matinale de France Inter, Patrick Cohen, resté seulement une saison sur cette tranche, Europe 1 avait fait appel en 2018 à Nikos, avec l’ambition de redresser la barre.

Mais l’animateur connu du grand public pour ses émissions de divertissement n’a pas réussi : la station a vu ses audiences chuter à un plus bas historique, d’après les chiffres publiés mi-avril par Médiamétrie. Elles culminaient à 9 % il y a encore sept ans et sont tombées à 5,9 %.

« Parfois on gagne des batailles, parfois on les concède. L’érosion du nombre d’auditeurs en radio n’est pas propre à Europe 1. Le phénomène y est seulement plus flagrant », a répliqué Nikos, qui continuera à animer « The Voice » sur TF1 et des émissions comme les NRJ Music Awards.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite