Jean-Luc Crucke sur une coalition PS-Ecolo-MR en Wallonie: «C’est nécessaire pour changer les choses»

Jean-Luc Crucke (MR)
Jean-Luc Crucke (MR) - Belga

Alors que les négociations vont bon train dans les différentes entités du pays, Jean-Luc Crucke analyse la position de son parti. Notamment en Wallonie, où l’auto exclusion du CDH et du PTB place le MR en pôle position pour entrer dans une majorité.

A la question de savoir quels sont les partenaires privilégiés en Wallonie et est-ce qu’une coalition avec les socialistes et les verts et les libéraux ont sa préférence, Jean-Luc Crucke répond : « Je ne dis pas que c’est une solution facile, mais cette solution-là, c’est celle qui permet d’amener deux choses ».

Pour le député wallon c’est clair, une coalition faite du PS, d’Ecolo et du MR permettrait d’avoir une majorité parlementaire et surtout, une majorité parlementaire large, aux deux tiers. « Je crois que les défis de la Wallonie de demain nécessiteront, entre autres sur le plan éthique, sur les réformes éthiques, cette majorité des deux tiers pour réellement lui donner ce visage dont je rêve peut-être, mais celui d’une Wallonie qui retrouve les premiers rangs. Qui serve d’exemple et pas celle sur laquelle on tape systématiquement », explique Jean-Luc Crucke.

Mais il est vrai que la simple alliance PS-MR suffirait à avoir une majorité. Donc en plus, le MR souhaite s’allier avec Ecolo. « Si on veut réellement changer les structures, si vous voulez réellement ce qu’on appelle une efficacité, où on a ce courage d’abandonner les postures, où on a ce courage de dire ‘c’est l’intérêt général qui prime et pas l’intérêt d’un parti’, si votre énergie, comme je l’entends parfois chez certains, est uniquement celle de dire ‘mon énergie c’est celle de relever le parti’, ce n’est pas une énergie qui est celle de la Wallonie. Moi je veux que l’énergie serve à relever la Wallonie. Et pour cela, on a besoin de tout le monde, de toutes les bonnes volontés pour le faire, que ça plaise ou pas et donc oui, une majorité trop courte n’est pas suffisante pour réformer en profondeur la Wallonie ».

► Retrouvez son interview en intégralité ce samedi sur Le Soir ou sur La Première, à 9h15 et ce dimanche sur La Trois.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite