Ecolo rejoint le PS et Défi pour négocier à Bruxelles: «Le mandat qui nous est donné est ambitieux»

Le Conseil de Fédération d’Ecolo a donné son feu vert, vendredi soir, à l’unanimité à la participation des Verts aux négociations avec le PS et Défi pour former une nouvelle coalition à Bruxelles. L’assemblée générale de la régionale bruxelloise avait auparavant dans la soirée adopté un avis unanimement positif dans ce sens. Le chef de file bruxellois Alain Maron et la co-présidente Zakia Khattabi ont été mandatés pour prendre part aux discussions sans autre limite que le programme du parti, ont-ils indiqué à l’issue du vote.

Numériquement, le Conseil de Fédération est essentiellement composé de délégués wallons. Si l’on en croit Zakia Khattabi, au cours de leur assemblée, ceux-ci se sont davantage inquiétés de l’impact de l’ouverture des discussions à Bruxelles sur les négociations à d’autres niveaux de pouvoir que sur le contenu de la note de convergence elle-même.

La réunion était scindée en deux temps. En début de soirée, l’assemblée générale de la régionale bruxelloise avait à remettre son avis pour le Conseil de Fédération réuni dans la foulée à l’ULB. Les membres avaient à se prononcer en connaissance de cause, puisqu’ils avaient eu accès à la note dite « de convergence » remise aux différentes formations par les informateurs socialistes Laurette Onkelinx et Rudi Vervoort.

Aux yeux des deux futurs négociateurs bruxellois d’Ecolo, ce document constitue une bonne base de discussion. On y perçoit bien une trame socialiste, mais celle-ci est assortie d’accents chers aux Verts et à Défi.

Un mandat ambitieux

« Le mandat qui nous est donné est ambitieux : aller le plus loin possible dans la transition écologique et solidaire de notre Région. Cette transition, outre qu’elle répond à l’urgence environnementale, est une formidable opportunité économique, génératrice d’emploi, de prospérité et de solidarité pour toutes et tous », ont déclaré les deux négociateurs à l’issue du vote.

Pour les écologistes, la question de la gouvernance et de la démocratie feront « évidemment l’objet d’une attention particulière ».

Selon Alain Maron et Zakia Khattabi, le rapport de force entre les socialistes et les écologistes n’a jamais été aussi favorable aux Verts depuis 15 ans à Bruxelles.

Entre autres points qui pourraient être plus problématiques lors des discussions, les deux négociateurs Ecolo ont cité le projet de métro en regard des marges budgétaires disponibles ainsi que la gestion, notamment financière, de l’Agence Bruxelles Propreté (ABP).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite