Hong Kong: suspension du projet de loi sur l’extradition vers la Chine

Carrie Lam, cheffe de l’exécutif
Carrie Lam, cheffe de l’exécutif - AFP

La dirigeante de l’exécutif de Hong Kong a annoncé samedi la suspension du projet de loi visant à autoriser les extraditions vers la Chine, à l’origine de manifestations massives.

«Le gouvernement a décidé de suspendre la procédure d’amendement législatif», a déclaré Carrie Lam à la presse après une semaine de protestations sans précédent dans l’ancienne colonie britannique.

Hong Kong a connu mercredi ses pires violences politiques depuis sa rétrocession à la Chine en 1997. Des dizaines de milliers de protestataires ont été dispersés par la police anti-émeutes avec des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène.

Un million de personnes avaient manifesté dimanche dernier contre ce projet qui, selon ses détracteurs, placera la population à la merci du système judiciaire de Chine continentale, opaque et sous influence du Parti communiste.

L’opposition au projet de loi réunit notamment avocats, organisations juridiques influentes, capitaines d’industrie, chambres de commerce, journalistes, militants et diplomates occidentaux.

Une suspension, mais pas une annulation

Devant l’opposition que suscitait le projet de loi, Carrie Lam, la dirigeante de l’exécutif pro-Pékin de Hong Kong, était confrontée ces derniers jours à des appels à abandonner le projet, y compris venant de son propre camp.

Lors d’une conférence de presse samedi, elle a annoncé que les travaux sur le projet seraient suspendus, ajoutant qu’aucune date n’était fixée pour sa réintroduction.

«Le conseil arrêtera de travailler sur le projet de loi jusqu’à ce que nous ayons achevé de communiquer et d’entendre les opinions», a-t-elle déclaré. «Nous n’avons pas l’intention de fixer une date limite pour ce travail.»

Elle a répété qu’à son avis cette loi était nécessaire pour empêcher la place financière asiatique de devenir un refuge pour criminels, mais elle a admis que son administration avait sous-estimé l’opposition populaire.

«Je suis profondément attristée et regrette que les déficiences de notre travail et d’autres facteurs aient provoqué d’importantes controverses et conflits dans la société, après une période de deux ans relativement calme», a-t-elle déclaré.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite