Donald Trump estime que Londres a besoin d’un nouveau maire: «Khan est un désastre»

Donald Trump
Donald Trump - Photo News

Le président américain Donald Trump s’en est une nouvelle fois pris samedi avec agressivité au maire de Londres Sadiq Khan, qui devrait selon lui céder sa place au plus vite.

«Londres a besoin d’un nouveau maire dès que possible», a lancé M. Trump, retweetant un message de Katie Hopkins sur la criminalité dans la ville. «Khan est un désastre, cela ne va qu’empirer!», a-t-il ajouté.

Editorialiste habituée des virulentes polémiques, Katie Hopkins avait scandalisé l’opinion en 2015 en traitant les migrants de «cafards» dans les colonnes du tabloïd britannique The Sun.

Des attaques innombrables

Les attaques du milliardaire républicain contre le maire de Londres sont innombrables. La dernière en date remonte à début juin lorsque, quelques minutes avant d’atterrir au Royaume-Uni pour une visite d’Etat de trois jours, il avait traité ce dernier de «loser total».

La veille, M. Khan, premier maire musulman de Londres, avait estimé que son pays avait tort de «dérouler le tapis rouge» à Donald Trump.

► Du «mur» irlandais au costume trop ajusté: la tournée européenne de Trump ponctuée de moments marquants

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite