Accueil Sports Sports moteurs Rallye

Rallye de Sardaigne: situation complexe pour Thierry Neuville après la deuxième journée

Septième au départ du rallye de Sardaigne ce samedi matin, Thierry Neuville n’a gagné qu’une seule place en cours de journée. Et encore, ce fut « grâce » à la crevaison de Kris Meeke. Comme de nombreux concurrents, le Belge a subi la loi chronométrique d’Ott Tänak et de sa Toyota Yaris. Si l’Estonien s’impose cet après-midi, il en sera à son 4e succès en huit courses. Une performance qui pourrait isoler le blondinet en tête du championnat du monde.

De notre envoyé spécial - Temps de lecture: 3 min

Thierry Neuville apprécie le rallye de Sardaigne. « J’adore ce parcours exigeant où mon style de pilotage, les qualités de notre Hyundai et notre système de notes s’y sentent à l’aise. » Voilà ce que nous confiait le Belge, déjà deux fois vainqueur sur l’île, avant d’attaquer cette 8e manche du mondial.

Au terme de deux journées difficiles pour le pilote de Saint-Vith, on peut dire que la course sarde lui rend mal cette affection.

Après un vendredi relativement chaotique, Neuville comptait sur une Hyundai plus fringante pour refaire une partie de son retard sur les six spéciales du jour. Ce qui ne s’est jamais vérifié dans ses chronos.

« Il est clair que nous avons été handicapés par notre position sur la route. Mais ce n’est pas la seule explication à nos performances relativement modestes », analysait le vice-champion du monde. « Sur l’ensemble de la journée, je n’ai jamais été totalement satisfait du comportement de la voiture, en plus d’avoir commis une erreur dans le choix des pneus ce matin. Sur base de ce constat, on a donc décidé de transformer l’épreuve en séance d’essai grandeur nature. Quant à notre manque de compétitivité, nous pensons savoir d’où il vient. »

Que la Hyundai ne soit pas particulièrement à l’aise sur ce terrain, c’est un fait. Que la Toyota Yaris écrase la concurrence – ici comme sur des chemins aux caractéristiques différentes – quand elle est pilotée par Ott Tänak, cela demeure inquiétant pour un candidat au titre qui en a marre de terminer vice-champion du monde.

Positivisme

« Il n’y a pas encore le feu au lac », tempère Neuville. « Tout change tellement vite dans notre discipline. Il y a deux courses, beaucoup de gens voyaient Sébastien Ogier coiffer une 7e couronne. Ce soir, il est encore moins bien loti que moi puisqu’il ne pourra peut-être sauver que de maigres points dans la power-stage. Mais il ne faut pas se voiler la face : la Yaris est une arme redoutable. Ce samedi, Tänak a repris 35 secondes à Sordo. C’est énorme. Il faut aussi voir ce que vont faire les Toyota dans le dernier chrono sarde mais il ne m’étonnerait pas qu’elles signent les trois meilleurs temps. »

Une Toyota irréprochable

Ajoutons aussi que la Toyota n’a pas (encore) démontré de signe de faiblesse sur le terrain défoncé de la Sardaigne. Jusqu’à présent, la Japonaise souffrait d’un manque de fiabilité évident. On attendra les 42 km chronométrés de ce dimanche pour se prononcer mais il semble que ce défaut ait été gommé par les hommes de Tommi Mäkinen.

Et, si l’on veut vraiment sombrer dans le pessimisme, on poussera le bouchon un peu plus loin. Jusqu’en Finlande, par exemple, où l’équipe jouera à domicile lors du 9e round de cette campagne 2019.

Au pays des 1.000 lacs, la Hyundai ne s’est jamais montrée performante par le passé.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Rallye

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

F1, les résultats et classements Découvrez le programme du jour et le calendrier de la saison

Résultats et classements
SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb