Accueil La Une Belgique

Dans les rues de Coxyde, les 300 demandeurs d’asile sont invisibles

Une prétendue agression commise par un réfugié sur une jeune fille à la piscine a secoué la commune côtière. Pourtant, la population affirme qu’ils sont très discrets. Reportage.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Centre Fedasil de Coxyde. Malgré les remous provoqués par la prétendue agression d’une jeune fille de la commune par un demandeur d’asile, à la piscine, le calme règne parmi les 300 résidents. « Ils sont vraiment charmants, relate un agent de sécurité à l’entrée. Certains sortent parfois faire un tour en ville, d’autres ne bougent pas. Ils sont tous très calmes et ne posent pas le moindre problème. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs