Fraude aux élections communales à Neufchâteau: les habitants rappelés aux urnes ce dimanche

L’actuel bourgmestre de Neufchâteau Dimitri Fourny (CDH)
L’actuel bourgmestre de Neufchâteau Dimitri Fourny (CDH) - Belga

Un peu plus de 5.500 habitants de Neufchâteau sont rappelés aux urnes ce dimanche dans le cadre des élections communales. Un retour dans l’isoloir qui fait suite à l’annulation, en avril, du scrutin d’octobre 2018 par le gouverneur de la province de Luxembourg, Olivier Schmitz, sur fond de suspicions de fraude électorale autour de procurations pour les résidents d’un home pour personnes âgées, « Le Clos des Seigneurs », géré par le CPAS de Neufchâteau. Le scrutin invalidé avait vu la victoire de la liste de l’actuel bourgmestre Dimitri Fourny (CDH).

Ces suspicions ont fait l’objet d’une instruction judiciaire ouverte à l’initiative du parquet du Luxembourg, au lendemain du scrutin d’octobre dernier. Elle a mis en évidence l’existence de 18 procurations litigieuses, qui auraient été utilisées au bénéfice de la liste « Agir ensemble » du bourgmestre sortant Dimitri Fourny. L’instruction a déjà débouché sur l’inculpation de 23 personnes, dont Dimitri Fourny et plusieurs membres de sa famille, et ce pour des faits qualifiés de faux en écritures et usage de faux, abus de confiance, avec la circonstance d’abus de faiblesse d’une personne en situation de vulnérabilité, ainsi que de participation à une association de malfaiteurs.

Les résultats du scrutin donnaient une victoire en majorité absolue à « Agir Ensemble », avec 10 sièges sur 19. La liste « Pour Vous » du concurrent direct, Yves Evrard (MR), lui-même bourgmestre de Neufchâteau de 2006 à 2012, avait obtenu 8 sièges tandis qu’une troisième liste, la « 3ème Piste », avait décroché 1 siège. Mais le basculement d’un siège de la liste « Agir Ensemble » à « Pour Vous » aurait pu se jouer à 16 voix près (chaque liste étant dans ce cas à égalité de 9 sièges sans majorité absolue). Les deux listes opposées à celle de Dimitri Fourny avaient introduit une réclamation auprès du gouverneur du Luxembourg.

Dimitri Fourny à nouveau candidat

Dimitri Fourny (CDH), qui a toujours affirmé ne rien avoir à se reprocher, jouera, dimanche, sa reconduction pour un deuxième mandat de bourgmestre mais aussi l’orientation de sa carrière politique lors de ce nouveau scrutin. En tout, 5.577 électeurs seront appelés ce dimanche. Dimitri Fourny est à nouveau tête de liste « Agir Ensemble ». Dans la course au maïorat, il sera toujours opposé à la liste « Pour Vous » tirée par Yves Evrard ambitionnant de retrouver le pouvoir perdu en 2012. Alors bourgmestre sortant, il avait été battu par Dimitri Fourny. La liste « 3ème Piste », remaniée à un tiers par rapport à octobre dernier, se présentera aussi à nouveau.

Ce scrutin représente un enjeu pour Dimitri Fourny pour sa carrière politique désormais recentrée sur Neufchâteau. Car après avoir été inculpé en mars dernier, alors qu’il était encore député-bourgmestre et chef de groupe CDH au Parlement wallon, il avait annoncé, tout en expliquant ne rien avoir à se reprocher, qu’il mettrait un terme à sa carrière parlementaire après le 26 mai dernier et qu’il ne serait pas candidat au scrutin régional pour se concentrer sur sa défense et son mandat communal.

Yves Evrard, s’il retrouve le maïorat, pourrait, lui aussi, devoir poser un choix. Député wallon lors de la précédente législature, il est cette fois suppléant de Willy Borsus. Et si l’actuel ministre-président wallon reste dans un exécutif à la suite des négociations en cours, Yves Evrard pourrait être appelé à siéger à nouveau au parlement régional mais ne pourrait pas – faute d’un taux de pénétration suffisant – cumuler avec un mandat de bourgmestre.

Le nouveau conseil communal n’ayant jamais été installé suite au contexte entourant le scrutin d’octobre 2018, la gestion de Neufchâteau est en affaires courantes depuis plusieurs mois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Antar 1

    Par Jean-Luc Bodeux

    Namur-Luxembourg

    Construire sa « cabane » en Antarctique

  • Trans 2

    La Maison Arc-en-Ciel à Virton soutient au quotidien les personnes transgenres

  • Namur quartier 1

    Par Luc Scharès

    Namur-Luxembourg

    Namur: un renouveau pour le quartier des Casernes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite