Coalition fédérale: «La situation politique la plus difficile que la Belgique ait connue», estime Di Rupo

«On se battra jusqu’à la fin pour une coalition sans la N-VA», a déclaré M. Di Rupo.
«On se battra jusqu’à la fin pour une coalition sans la N-VA», a déclaré M. Di Rupo. - Belga

La Belgique vit depuis le 26 mai la situation politique la plus difficile qu’elle ait connue, a reconnu le président du PS, Elio Di Rupo, interrogé sur RTL-TVi.

Les deux informateurs royaux, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (SP.A), feront lundi une deuxième fois rapport au Roi. Pour le moment, les consultations qui ont lieu pour la formation d’un gouvernement fédéral se déroulent dans une grande discrétion mais la situation paraît bloquée. La N-VA n’entend pas discuter avec le PS à moins que ce ne soit pour mettre en oeuvre le confédéralisme auquel elle aspire. Le PS n’entend pas négocier avec la N-VA, même si l’institutionnel est exclu des discussions.

Dimanche, M. Di Rupo a confirmé cette ligne, après avoir suscité de nombreux commentaires jeudi quand il a indiqué qu’il ne mettait pas d’« exclusives ». « On se battra jusqu’à la fin pour une coalition sans la N-VA », a déclaré M. Di Rupo.

Elio Di Rupo est très clair : « Avec la N-VA, c’est non ! »

Le PS continue à voir dans une coalition réunissant les familles socialistes, libérales, écologistes et démocrates-chrétiennes la solution pour sortir de l’impasse. Cette coalition, aussi large soit-elle, ne disposerait pas d’une majorité en Flandre. Mais après la sanction électorale du gouvernement « MR/N-VA », il n’y a pas d’autre solution, selon les socialistes francophones.

« Le gouvernement MR/N-VA est sorti très affaibli et il a été sanctionné tant par les francophones que par les néerlandophones. C’est donc un attelage qui doit changer », a expliqué M. Di Rupo. S’il n’a pas de majorité en sièges, l’attelage quadripartite représenterait « environ 50 % » de la population en Flandre, assure M. Di Rupo.

« Sous le gouvernement précédent, le MR était seul parti francophone et représentait environ 25 % de la population francophone. Quand on me dit que, pour les néerlandophones, la N-VA est le premier parti et qu’elle est inévitable, je rappelle que nous étions en 2014, comme aujourd’hui, le premier parti (francophone) et qu’on nous a évités », a-t-il ajouté.

Quatre scénarios au fédéral, plus compliqués les uns que les autres

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite