Coalition fédérale: «La situation politique la plus difficile que la Belgique ait connue», estime Di Rupo

«On se battra jusqu’à la fin pour une coalition sans la N-VA», a déclaré M. Di Rupo.
«On se battra jusqu’à la fin pour une coalition sans la N-VA», a déclaré M. Di Rupo. - Belga

La Belgique vit depuis le 26 mai la situation politique la plus difficile qu’elle ait connue, a reconnu le président du PS, Elio Di Rupo, interrogé sur RTL-TVi.

Les deux informateurs royaux, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (SP.A), feront lundi une deuxième fois rapport au Roi. Pour le moment, les consultations qui ont lieu pour la formation d’un gouvernement fédéral se déroulent dans une grande discrétion mais la situation paraît bloquée. La N-VA n’entend pas discuter avec le PS à moins que ce ne soit pour mettre en oeuvre le confédéralisme auquel elle aspire. Le PS n’entend pas négocier avec la N-VA, même si l’institutionnel est exclu des discussions.

Dimanche, M. Di Rupo a confirmé cette ligne, après avoir suscité de nombreux commentaires jeudi quand il a indiqué qu’il ne mettait pas d’« exclusives ». « On se battra jusqu’à la fin pour une coalition sans la N-VA », a déclaré M. Di Rupo.

Elio Di Rupo est très clair : « Avec la N-VA, c’est non ! »

Le PS continue à voir dans une coalition réunissant les familles socialistes, libérales, écologistes et démocrates-chrétiennes la solution pour sortir de l’impasse. Cette coalition, aussi large soit-elle, ne disposerait pas d’une majorité en Flandre. Mais après la sanction électorale du gouvernement « MR/N-VA », il n’y a pas d’autre solution, selon les socialistes francophones.

« Le gouvernement MR/N-VA est sorti très affaibli et il a été sanctionné tant par les francophones que par les néerlandophones. C’est donc un attelage qui doit changer », a expliqué M. Di Rupo. S’il n’a pas de majorité en sièges, l’attelage quadripartite représenterait « environ 50 % » de la population en Flandre, assure M. Di Rupo.

« Sous le gouvernement précédent, le MR était seul parti francophone et représentait environ 25 % de la population francophone. Quand on me dit que, pour les néerlandophones, la N-VA est le premier parti et qu’elle est inévitable, je rappelle que nous étions en 2014, comme aujourd’hui, le premier parti (francophone) et qu’on nous a évités », a-t-il ajouté.

Quatre scénarios au fédéral, plus compliqués les uns que les autres

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. En 2 ans à peine, Juul a conquis 75% du marché américain des cigarettes électroniques. Mais plusieurs utilisateurs sont morts de pneumonie.

    Comment la cigarette électronique a fini par tuer

  2. «
Je ne me bats pas contre le cancer, mais pour la vie
».

    Visa pour la Flandre: pour Caroline, pour la vie

  3. Ursula von der Leyen va s’expliquer sur le concept de «
mode de vie européen
» devant les chefs de groupe du Parlement européen.

    «Protection du mode de vie européen»: Von der Leyen protège encore son choix de mots

La chronique
  • Visa pour la Flandre: pour Caroline, pour la vie

    En attendant le gouvernement flamand… C’est drôle ce sentiment pour le mauvais élève traditionnellement au fond de la classe, qui rend toujours sa copie en retard, de se retrouver au premier rang, devoirs terminés, prêt pour la récré, attendant que les autres terminent leur travail. Et donc oui, voilà trois gouvernements francophones en état de marche, avec de nouveaux ministres, des jeunes femmes blondes et brunes, des hommes (beaucoup) plus mûrs prêts à gouverner, qui attendent la Flandre pour être au complet et finir le tableau fédéral. C’est pas souvent…

    C’est tellement pas souvent que la presse du nord du pays se démène pour trouver de l’information. Ils se sont bien un peu amusés avec le coup du « canon ». Ils ont bien tenté une percée polémique avec le nucléaire. La N-VA veut prolonger les centrales – est-on surpris ? –, le CD&V et l’Open VLD sont embarrassés. La tripartite wallonne, elle, bardée de son plan de réduction des gaz à effet de serre se voit décerner en néerlandais la mention « une ardeur verte d’avance »....

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite