Coalition fédérale: «La situation politique la plus difficile que la Belgique ait connue», estime Di Rupo

«On se battra jusqu’à la fin pour une coalition sans la N-VA», a déclaré M. Di Rupo.
«On se battra jusqu’à la fin pour une coalition sans la N-VA», a déclaré M. Di Rupo. - Belga

La Belgique vit depuis le 26 mai la situation politique la plus difficile qu’elle ait connue, a reconnu le président du PS, Elio Di Rupo, interrogé sur RTL-TVi.

Les deux informateurs royaux, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (SP.A), feront lundi une deuxième fois rapport au Roi. Pour le moment, les consultations qui ont lieu pour la formation d’un gouvernement fédéral se déroulent dans une grande discrétion mais la situation paraît bloquée. La N-VA n’entend pas discuter avec le PS à moins que ce ne soit pour mettre en oeuvre le confédéralisme auquel elle aspire. Le PS n’entend pas négocier avec la N-VA, même si l’institutionnel est exclu des discussions.

Dimanche, M. Di Rupo a confirmé cette ligne, après avoir suscité de nombreux commentaires jeudi quand il a indiqué qu’il ne mettait pas d’« exclusives ». « On se battra jusqu’à la fin pour une coalition sans la N-VA », a déclaré M. Di Rupo.

Elio Di Rupo est très clair : « Avec la N-VA, c’est non ! »

Le PS continue à voir dans une coalition réunissant les familles socialistes, libérales, écologistes et démocrates-chrétiennes la solution pour sortir de l’impasse. Cette coalition, aussi large soit-elle, ne disposerait pas d’une majorité en Flandre. Mais après la sanction électorale du gouvernement « MR/N-VA », il n’y a pas d’autre solution, selon les socialistes francophones.

« Le gouvernement MR/N-VA est sorti très affaibli et il a été sanctionné tant par les francophones que par les néerlandophones. C’est donc un attelage qui doit changer », a expliqué M. Di Rupo. S’il n’a pas de majorité en sièges, l’attelage quadripartite représenterait « environ 50 % » de la population en Flandre, assure M. Di Rupo.

« Sous le gouvernement précédent, le MR était seul parti francophone et représentait environ 25 % de la population francophone. Quand on me dit que, pour les néerlandophones, la N-VA est le premier parti et qu’elle est inévitable, je rappelle que nous étions en 2014, comme aujourd’hui, le premier parti (francophone) et qu’on nous a évités », a-t-il ajouté.

Quatre scénarios au fédéral, plus compliqués les uns que les autres

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

  3. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: la Belgique en plein «catch 22»

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite