Grève spontanée à la prison d’Ypres après un incident avec un détenu

Grève spontanée à la prison d’Ypres après un incident avec un détenu
PhotoNews

L’équipe qui devait assurer le service du soir à la prison d’Ypres est partie en grève spontanée dimanche après-midi. Cette action fait suite à l’agression samedi d’un agent pénitentiaire par un détenu. « Le personnel estime qu’il existe un sentiment d’impunité », affirme Eddy De Smedt, du syndicat SLFP.

Aucun blessé n’est à déplorer à la suite de cette agression. « Le détenu a été emmené au cachot, mais la direction a décidé peu de temps après qu’il pouvait le quitter », raconte le syndicaliste. « Selon la direction, les détenus ne devraient pas être traités de manière aussi stricte. » En réaction, les agents pénitentiaires ont décidé d’arrêter le travail.

Appel à la police

« C’est une grève émotionnelle. Il existe un sentiment d’impunité. Ils (la direction) envoient un mauvais signal. En outre, la prison d’Ypres est surpeuplée. »

La police a été appelée pour assurer le travail. Les syndicats vont prochainement rencontrer la direction. « Nous demandons que la personne en question soit remise en cellule d’isolement et retirée de la division d’Ypres. Nous ne pouvons pas prévoir combien de temps la grève durera, mais nous espérons qu’une solution sera trouvée le plus rapidement possible. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite