Accueil Société

Les hôpitaux psychiatriques sous l’émotion après les sept blessés de lundi à Schaerbeek

Le forcené du centre psychiatrique Titeca a été placé sous mandat d’arrêt.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

D e ce qu’on sait de ce qui est arrivé lundi soir, c’est presque un risque imparable parce que le patient a, semble-t-il, frappé l’infirmier dès l’ouverture de la porte de l’hôpital, puis s’est attaqué successivement aux personnes qu’il a croisées. Nous avons l’habitude de travailler avec une grande vigilance, car certains patients peuvent être très violents et nous mettre en danger, ou d’autres malades. Ils peuvent aussi se faire du mal à eux-mêmes. Mais souvent, des signes annoncent la montée de la tension et permettent de réagir. Nous sommes formés à la réaction verbale, de manière à faire baisser la tension. Nous sommes aussi formés à parer les coups et à prendre le contrôle d’un patient physiquement. Mais face à une arme à feu ou à une arme blanche, la marge est très étroite ». Jonas est infirmier expérimenté dans un hôpital psychiatrique, qu’il demande de ne pas nommer.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs