Consultations fédérales: les informateurs attendus ce lundi pour un nouveau rapport au Roi

Les informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte assistent à un match de basket entre Ostende et Anvers
Les informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte assistent à un match de basket entre Ostende et Anvers - Belga

Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (SP.A) sont attendus lundi au Palais royal pour un nouveau rapport sur l’état de leurs travaux en vue de constituer un gouvernement fédéral. Le 30 mai, le chef de l’État a chargé ces deux hommes politiques expérimentés « d’une mission d’information visant à identifier les défis à relever par notre pays, et les possibilités ainsi que les conditions nécessaires en vue de former un gouvernement fédéral ». Dans ce cadre, il leur a été demandé de garder le contact avec les formateurs régionaux et communautaires.

Les informateurs ont fait un premier rapport le 6 juin. Au cours d’une conférence de presse, ils ont insisté sur la nécessité de former rapidement un gouvernement fédéral vu la situation économique et la configuration politique différente de 2010-2011, quand la Belgique a connu 541 jours de crise. À cette époque, l’équipe Leterme, quoiqu’en affaires courantes, disposait d’une majorité au parlement.

Impossible de former un gouvernement avec le Vlaams Belang et le PTB

Les informateurs devaient encore nouer des contacts avec les responsables du Bureau du Plan et des associations de lutte contre la pauvreté. Des contacts politiques ont aussi eu lieu mais plus avec le Vlaams Belang et le PTB, avec qui il est impossible de former un gouvernement, selon les constats de MM. Reynders et Vande Lanotte, ni le CDH qui a choisi de siéger dans l’opposition.

L’imbroglio politique né après les élections du 26 mai n’est toujours pas dénoué. À part à Bruxelles et en Communauté germanophone, les perspectives de coalition aux autres échelons du pouvoir demeurent imprécises. En Flandre, un troisième tour de discussion avant d’entamer d’éventuelles négociations vient de commencer. En Wallonie, il est attendu cette semaine.

Il paraît donc logique que le mandat de MM. Reynders et Vande Lanotte soit prolongé tant que la situation dans les entités fédérées n’est pas éclaircie. La désignation d’une autre personne impliquerait en effet de passer dans une nouvelle phase ou d’accélérer le rythme et passer peut-être à la formation d’un gouvernement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. d-20180119-3K4JUR 2020-01-14 13:15:56

    Pensions: statu quo sur la Grapa?

  3. belgaimage-161310454-full

    Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite