Jean-Marc Nollet: «J’ai du mal à imaginer que le MR soutienne l’idée d’une coalition ‘coquelicot’ en Wallonie»

Jean-Marc Nollet
Jean-Marc Nollet - Olivier Polet

En Wallonie, Jean-Marc Nollet propose un gouvernement «coquelicot». L’idée est simple : Ecolo propose de constituer une tripartite inédite l’associant au PS mais aussi à la société civile. Cela signifie que le prochain gouvernement wallon et celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles compteraient également des ministres issus de cette société civile, explique en avant-première au Soir le vice-président des verts.

La proposition comporte également un volet destiné aux deux parlements concernés. Les citoyens seraient davantage associés aux travaux parlementaires, via les panels mais aussi les commissions parlementaires mixtes. Et aux grandes décisions, via la consultation populaire. Les expériences menées avec les panels sous la législature écoulée, et celle qui va débuter au sein du parlement de la Communauté germanophone, sont autant d’exemples dont pourrait s’inspirer cette future coalition.

Qu’en pensent les autres partis ?

« Nous pouvons faire de la contrainte politique actuelle une opportunité. Structurellement, la Wallonie est prête à être pionnière dans l’oxygénation de la démocratie », indique le vice-président des écologistes selon qui « le CDH pourrait être un acteur central de cette autre manière d’envisager le fonctionnement démocratique en Wallonie ». « Mais la proposition s’adresse en fait à chaque député individuellement, et collectivement : aux communistes, à Défi – car la logique pourrait être la même en Fédération Wallonie-Bruxelle – et à certains libéraux s’ils sont intéressés », a ajouté M. Nollet.

« Si certains MR souhaitent soutenir la démarche, ils peuvent. Mais j’ai du mal à imaginer que collectivement ce parti puisse soutenir l’idée d’un gouvernement PS-Ecolo-société civile. Mais pourquoi pas ! », confie Jean-Marc Nollet qui estime que la coalition « coquelicot » répond mieux aux signaux envoyés par l’électeur wallon.

« Les élections ont montré que les gens veulent plus de solidarité, plus d’écologie. Notre proposition est celle qui reflète le plus ce résultat », a-t-il conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite