La femme de Carlos Ghosn appelle Trump à intervenir en sa faveur

Carlos Ghosn et sa femme
Carlos Ghosn et sa femme - Reuters

Carole Ghosn a appelé le président américain Donald Trump à intervenir auprès du Premier ministre japonais afin de garantir « un procès équitable » à son mari Carlos Ghosn, l’ancien patron de Renault et Nissan mis en cause pour détournement de fonds.

« Les dirigeants du monde se réunissent au G20 à la fin du mois, je voudrais que le président Trump parle au Premier ministre Abe à propos de conditions équitables, de conditions de procès équitables », explique Mme Ghosn dans une interview donnée depuis New York à la BBC et diffusée lundi.

Mme Ghosn dispose de la double nationalité libanaise et américaine et a passé une grande partie de sa vie aux Etats-Unis. Dans cette interview, elle apparaît parfois au bord des larmes lorsqu’elle évoque le sort de son époux, qu’elle n’a pu voir depuis le début du mois d’avril. Libéré sous caution le 25 avril à l’issue de trois semaines de détention, M. Ghosn fait l’objet de restrictions très sévères au Japon, dont il ne peut quitter le territoire.

Mme Ghosn voudrait que M. Trump fasse pression sur le Premier ministre japonais Shinzo Abe, lors du sommet du G20 organisé au Japon, afin qu’elle puisse « parler à (son) mari et aussi pour que sa présomption d’innocence soit respectée ».

Arrêté pour la première fois le 19 novembre à Tokyo, Carlos Ghosn fait l’objet de quatre inculpations par la justice japonaise : deux pour des dissimulations de revenus dans des documents boursiers et deux pour des cas différents d’abus de confiance aggravé, dont le détournement présumé de fonds de Nissan. Naguère tout-puissant, Carlos Ghosn a perdu tous ses titres au sein des trois constructeurs qu’il avait rapprochés pour bâtir la première alliance automobile mondiale : Renault, Nissan – inculpé dans un des volets de l’affaire et à l’origine de l’enquête interne qui a fait tomber son ancien sauveur –, et Mitsubishi Motors.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite