Accueil Monde Europe

La population mondiale prend un coup de vieux

Selon dernières estimations de l’ONU, la population mondiale âgée de plus de 65 ans devrait doubler d’ici 2050. En Belgique, le phénomène des papy-boomers appelle à un ajustement de la prise en charge des personnes âgées.

Temps de lecture: 3 min

Les dernières projections démographiques publiées ce lundi par les Nations unies soulignent qu’aux quatre coins de la planète, la population augmente et vieillit. De 7,5 milliards d’habitants aujourd’hui, elle devrait atteindre près de 10 milliards en 2050. En parallèle, la population de seniors de plus de 65 ans devrait doubler, tandis que celle de plus de 80 ans triplera, passant de 143 millions en 2019 à 426 millions en 2050.

« Ces phénomènes résultent d’une transition démographique, au cours de laquelle les taux de fécondité et de mortalité autrefois très élevés ont fortement faibli », explique Bruno Masquelier, professeur de démographie à l’UCLouvain. « Depuis 2018, pour la première fois dans l’histoire, le nombre de personnes, dans le monde, âgées de plus de 65 ans est plus élevé que le nombre d’enfants de moins de 5 ans. »

En Europe, la baisse de la fécondité et de la mortalité a connu une évolution plus lente que dans d’autres régions du globe, comme l’Afrique sub-saharienne. Mais le Vieux Continent a à sa charge le phénomène des « papy-boomers », nés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et qui atteignent l’âge de la pension. Selon les dernières estimations du Bureau fédéral du Plan, publiées début juin, les seniors de plus de 65 ans représenteront plus d’un quart de la population wallonne en 2071, contre 18 % actuellement. A Bruxelles, où les migrations jouent un rôle important, la part des plus de 65 ans passerait de 13 % en 2018 à 18 % en 2071.

Une stagnation après 2040

Alors comment anticiper ce que certains appellent le « tsunami argenté » ? Outre la question du financement des pensions, la prise en charge des personnes âgées nécessitera elle aussi une dose d’inventivité. Le secteur du maintien à domicile, qui nécessite la visite régulière de professionnels, doit encore être renforcé. Tout comme le statut des aidants proches ; l’âge moyen des personnes aidées par un proche étant de 62 ans, l’apport des aidants proches sera central dans la prise en charge de la vieillesse. Sur ce point, la ministre de la Santé publique, Maggie De Block (Open VLD), a annoncé en avril dernier la création d’un nouveau statut assorti de droits sociaux, dès le 1er octobre 2019.

Reste la maison de repos, qui demeurera incontournable pour les personnes âgées les plus dépendantes… Ce qui implique la création de nombreuses places supplémentaires, dans un secteur déjà saturé.

La Wallonie a enclenché le plan « Papy Boom », qui prévoit notamment un nouveau mécanisme de financement des maisons de repos. En mai dernier, le gouvernement wallon a également adopté un décret prévoyant la création de onze mille places en maisons de repos d’ici 2030. Une promesse jugée toutefois « irréaliste » en termes de financement, selon Philippe Defeyt. L’économiste estime que cet objectif a été « fixé sans analyse rigoureuse des besoins », en se calquant sur un système dépassé. Il plaide au contraire pour une « large et positive désinstitutionalisation de l’accueil des personnes âgées », par exemple « en fusionnant le modèle de la résidence-services (espace, intimité, autonomie, sécurité) avec le modèle d’une maison de repos (soins et accompagnement) ».

Une bonne nouvelle néanmoins : « La croissance et le vieillissement démographiques vont finir par se stabiliser après 2040 », rassure Bruno Masquelier. Selon l’ONU, la part des plus de 65 ans en Belgique grimpera de 19 à 26 % entre 2019 et 2040, après quoi elle ne gagnera plus que de 2 points de pourcentage sur les vingt années suivantes.

À lire aussi Santé: 40% des Belges sont pour l’arrêt des soins pour les plus de 85 ans

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Oudaert vIVIANE, mardi 18 juin 2019, 0:11

    Toutes les personnes âgées ne sont pas dépendantes, beaucoup à 65 ans sont tout à fait capable d'être autonomes. On fait un tableau d'après les cas les plus préoccupants comme si toute cette population devenait dépendante après 65 ans, c'est franchement exagéré. De plus, avec internet, ces populations là seront connectées avec toutes les facilités que cela procure.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une