Alcool, vitesse, drogue: les Belges sont les pires élèves au monde

Alcool, vitesse, drogue: les Belges sont les pires élèves au monde
Photo News

Un conducteur belge sur quatre a conduit au cours du mois écoulé alors qu’il dépassait le taux d’alcool légal, selon les résultats d’une étude internationale de sécurité routière menée dans 32 pays et relayée mardi par l’institut Vias. L’étude pointe les mauvaises habitudes des Belges au volant. Ainsi, il arrive également à six Belges sur dix de rouler trop vite en agglomération. Et près de 30 % consultent leurs mails ou messages au volant.

L’alcool

L’enquête révèle que 24 % des personnes interrogées ont indiqué avoir repris le volant avec un taux d’alcool dans le sang probablement supérieur à la limite légale au cours du mois écoulé, selon Vias. « Nous enregistrons des résultats nettement moins bons que la moyenne européenne (13 %), et nous sommes les pires élèves en la matière parmi les 32 pays interrogés. La différence avec les meilleurs élèves de la classe est considérable : Hongrie (4 %), Finlande(4 %) et Pologne(6 %) », souligne l’organisation.

Mais la consommation d’alcool n’est pas le seul comportement à risque des Belges au volant. En effet, 1 jeune Belge sur 7 (14 %) avoue avoir pris le volant, au cours du mois dernier, 1 heure après la prise de drogues illicites. Au total, 7 % des conducteurs belges signalent avoir conduit après avoir consommé des drogues, contre une moyenne européenne de 5 %. Le cannabis est la drogue la plus consommée au volant, ajoute Vias.

La vitesse

Par ailleurs, 68 % des Belges indiquent avoir dépassé la limitation sur autoroute au cours du mois écoulé. « La moyenne européenne s’élève à 62 %. 6 conducteurs sur 10 (62 %) avouent avoir dépassé la vitesse maximale autorisée en agglomération (contre 56 % dans le reste de l’Europe). 72 % des Belges roulent trop vite hors agglomération, la moyenne européenne étant de 68 % », selon l’étude.

GSM

Enfin, plus d’1 conducteur belge sur 4 (28 %) avoue avoir lu ou envoyé des mails ou des SMS au volant au cours du mois dernier, contre 24 % en Europe. 1 conducteur belge sur 5 (22 %) a déjà passé un coup de fil avec le GSM en main. Un meilleur résultat que le reste de l’Europe (28 %), d’après Vias.

En conclusion, Vias exige une interdiction des avertisseurs de radars et une tolérance zéro pour les conducteurs débutants. L’organisation estime que les contrevenants routiers doivent être sanctionnés rapidement et efficacement. Elle propose de mettre en place des sanctions alternatives « pour influencer favorablement et durablement la mentalité des contrevenants ».

L’étude E-Survey of Road users’ Attitudes a été menée auprès de 35.000 personnes dans 32 pays sous la houlette de l’institut Vias. Elle établit une comparaison entre les différents pays participants sur 4 continents. En Belgique, un échantillon représentatif de 2.000 usagers a été interrogé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite