NBA: deux blessés à Toronto après des tirs pendant la célébration des Raptors pour leur titre de champion

NBA: deux blessés à Toronto après des tirs pendant la célébration des Raptors pour leur titre de champion
Belga image

Les célébrations ont été assombries par des coups de feu tirés près de Nathan Phillips Square, au cœur du centre-ville. Deux personnes ont été blessées sérieusement, sans que leur pronostic vital ne soit engagé, et deux autres personnes ont été arrêtées, selon la police.

Malgré un mouvement de panique dans la foule, la situation est rapidement revenue à la normale et les festivités ont continué.

Les Raptors, emmenés par leur joueur vedette Kawhi Leonard, ont battu le double tenant du titre Golden State par 114 à 110 lors du sixième match de la finale jeudi, devenant la première équipe non-américaine à remporter le titre le plus convoité du basket.

Des centaines de milliers de supporters vêtus de rouge et noir, les couleurs de l’équipe, ont noirci Nathan Phillips Square, place emblématique devant la mairie de la métropole économique du Canada, où la parade devait s’achever en début d’après-midi. Elle n’est finalement arrivée que près de trois heures plus tard.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, s’est rendu sur place pour l’occasion. Après avoir multiplié poignées de main et autres selfies, il s’est fait tirer le portrait avec les joueurs en coulisses avant de monter avec eux sur scène.

« Ce que nous avons vu ici, c’est le rassemblement de tout un pays, et c’est ce que nous célébrons », s’est ensuite exclamé Justin Trudeau. « Nous aimons tellement cette équipe, nous voulons qu’ils fassent la même chose l’an prochain ! », a-t-il poursuivi.

« Un jour comme aujourd’hui où ma ville a gagné le championnat, c’est absolument incroyable. J’ai pris un jour de congé aujourd’hui. J’ai appelé mon patron pour lui dire que je ne viendrais pas au travail, il m’a dit de ne pas m’inquiéter car il ne viendrait pas non plus », s’exclame Adrian Griffin, 46 ans, venu assister à la parade avec sa famille.

Comme lui, de nombreux Torontois ont pris une journée de congé pour assister au retour victorieux des Raptors. De nombreuses familles faisaient partie de la foule dense qui bordait les rues de la métropole sur le passage de la parade.

« Toute la famille soutient les Raptors et Toronto. Nous sommes très fiers et heureux », explique Angelica Bettencourt, accompagnée de ses deux enfants.

« We the North »

En milieu de matinée, les joueurs sont partis du sud-ouest de Toronto et ont entamé leur lente procession pour rejoindre le centre-ville en passant par le boulevard longeant le lac Ontario.

Sur leur passage, les supporteurs crient « Let’s go Raptors » en agitant pancartes et drapeaux au passage des joueurs, qui saluent la foule en buvant du champagne sur des bus rouge et noir roulant au pas.

La plupart des rues du quartier financier, en plein cœur de la ville, ont été fermées à la circulation. Des pilotes de l’armée de l’air canadienne ont survolé, en formation, la foule célébrant sous un grand soleil et en musique l’arrivée des Raptors.

Contactée par l’AFP, la police de Toronto n’a pas donné de détails sur le nombre de personnes présentes pour le rassemblement, mais les organisateurs évoquaient jusqu’à deux millions de personnes, soit plus de 5 % de la population canadienne.

Le maire de Toronto, John Tory, a tweeté une lettre proclamant le 17 juin comme journée « We the North » (« Nous le Nord »), du slogan de l’équipe torontoise. Il a également rebaptisé une rue de Toronto « Raptors Way » et a symboliquement remis les clés de la ville à l’équipe.

La dernière grande parade triomphale d’une équipe de Toronto remonte à 1993, lorsque les Blues Jays avaient remporté le Championnat nord-américain de baseball.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BASKET EC 2021 QUALIFICATION BELGIUM VS LITHUANIA

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Qualifications Euro de basket 2021: les Belgian Lions enchaînent

  • Jonathan Tabu. @Belga

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Basket: les Lions veulent confirmer au Danemark

  • photo news

    Par Stéphane Druart

    International

    Dario Gjergja: «Je ne me sens pas étranger»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite