Election communale à Neufchâteau: Dimitri Fourny relégué dans l’opposition, Yves Evrard reprend le mayorat

Dimitri Fourny (CDH)
Dimitri Fourny (CDH) - Belga

L’équipe « Agir Ensemble » de l’actuel bourgmestre de Neufchâteau, Dimitri Fourny (CDH), sera reléguée dans l’opposition à la suite de la perte de sa majorité absolue lors de la nouvelle élection de ce dimanche. Ses adversaires ont confirmé mardi avoir conclu un accord qui doit permettre à l’ancien bourgmestre Yves Evrard (MR) de retrouver le mayorat.

« Un terrain d’entente a été trouvé » avec la liste « Pour Vous » d’Yves Evrard, a annoncé Mariline Clémentz, cheffe de file de la liste la « 3ème Piste », à qui revenait le rôle d’arbitre.

L’accord de majorité sera présenté officiellement mardi midi.

Dimanche, les listes « Agir Ensemble » et « Pour Vous » s’étaient retrouvées dos à dos en décrochant chacune 9 sièges sur 19. La « 3ème Piste », malgré un seul siège décroché, avait le choix de s’allier à l’une ou l’autre liste pour faire basculer la majorité. Mme Clémentz (tendance Ecolo) avait déjà annoncé qu’elle refuserait de s’allier avec Dimitri Fourny, inculpé dans le dossier de suspicion de fraude aux procurations électorales autour du scrutin d’octobre 2018, finalement annulé par le gouverneur du Luxembourg et qui avait justifié la tenue de nouvelles élections communales à Neufchâteau dimanche.

Yves Evrard à nouveau bourgmestre

Yves Evrard retrouvera donc le poste de bourgmestre perdu en 2012 face à Dimitri Fourny.

Ce dernier, qui avait déjà renoncé au Parlement après son inculpation pour se concentrer sur sa défense et la politique communale, n’aura plus comme mandat politique que celui de conseiller communal de la minorité.

Yves Evrard, député wallon lors de la précédente législature régionale, était suppléant du ministre-président Willy Borsus aux élections régionales du 26 mai. Si ce dernier rempile dans un exécutif, Yves Evrard pourrait être appelé à siéger comme parlementaire régional. Il devrait alors se mettre en congé de sa fonction de bourgmestre. Le rôle de bourgmestre faisant fonction de Neufchâteau pourrait alors être rempli par l’ancienne procureurs du Roi de Marche-en-Famenne, Michèle Mons delle Roche, élue aussi dimanche, et qui va débuter une carrière politique à 69 ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite