Procès de l'assassinat de Valentin: les derniers mots des condamnés avant les peines

Belinda Donnay
Belinda Donnay

L’arrêt de la cour d’assises de Liège sur les peines prononcées à l’encontre d’Alexandre Hart (21 ans), de Belinda Donnay (22 ans), de Dorian Daniels (22 ans), de Loïck Masson (23 ans) et de Killian Wilmet (18 ans) est attendu mardi après-midi. Le jury a entamé en compagnie des magistrats de la cour son ultime délibération pour fixer le sort des assassins de Valentin Vermeesch.

Les cinq accusés ont déjà été reconnus coupables de l’assassinat de Valentin Vermeesch (18 ans) mais aussi de coups et blessures prémédités, de tortures, de traitements inhumains, de menaces de mort, d’attentat à la pudeur, de viol (sauf Loïck Masson concernant ce chef d’accusation), de détention illégale et de séquestration, avec la circonstance aggravante que la victime était vulnérable.

Le jeune Valentin, souffrant d’un léger handicap mental, avait été tué la nuit du 26 au 27 mars 2017 à Statte (Huy). Il avait subi une très longue scène de violences et de tortures avant d’être précipité dans la Meuse, où il s’était noyé. Son cadavre avait été retrouvé le 14 avril 2017, les mains menottées dans le dos.

Après les plaidoiries des avocats de la défense, les accusés ont pu adresser un dernier mot au jury.

Les derniers mots des bourreaux de Valentin

Alexandre Hart  : « Je suis désolé de tout ce qui est arrivé jusqu’ici »

Belinda Donnay  : « Je veux m’excuser pour la famille et les proches de Valentin, même si ce qui s’est passé est impardonnable. Je voudrais pouvoir, dans le futur, trouver une formation, trouver un travail, me reconstruire et poursuivre mon suivi psychologique, même si c’est très grave ce qui s’est passé. »

Dorian Daniels  : « Je regrette énormément ce qui s’est passé ce jour-là, de ma faute je vais devoir vivre avec ça, je regrette énormément »

Loïck Masson  : « Je voudrais représenter mes excuses auprès de la famille de Valentin. Mes regrets, je les aurai jusqu’à la fin de ma vie, je n’oublierai jamais cette nuit-là tellement c’était choquant. Je m’en veux énormément, si vous me donnez une chance je suis prêt à la saisir pour changer tout ça »

Killian Wilmet  : « Je veux présenter mes excuses pour les personnes que j’ai fait souffrir. »

Le jury et la cour ont entamé leur délibération peu après 10 heures pour déterminer les peines à infliger aux coupables. L’arrêt devrait être prononcé dans l’après-midi. Aucun délai n’a cependant été précisé par la présidente de la cour Catherine Urbain.

Le verdict sur les peines en direct

Sur le même sujet
Assassinat de Valentin
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La saison 2 de Big Little Lies, sortie récemment, est notamment disponible sur l’IPTV.

    L’IPTV, le succès alarmant de la télévision pirate

  2. Un programme conjoint de l’ONU et de l’Organisation mondiale des douanes vient d’atteindre les 300 tonnes de cocaïne saisies depuis son lancement, il y a 15 ans.

    Un expert belge de l’ONU témoigne: «Moins de 2% des containers sont contrôlés contre la drogue»

  3. Philippe Clement, qui a accepté de relever le défi brugeois, préface la saison à venir.

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Pour le Roi, le peuple est souverain

    Il ne faut évidemment pas surestimer la portée d’un discours royal. L’exercice reste convenu, le style compassé et le message très encadré. Mais à l’occasion de la Fête nationale, tous les observateurs ont noté entre les lignes que le roi Philippe a adressé un message direct aux responsables politiques du pays qui doivent « faire la synthèse (des résultats électoraux) et s’accorder sur des solutions. » Le souverain insiste : « Les défis sont...

    Lire la suite