ATP Halle: David Goffin efface tranquillement l’Argentin Guido Pella

ATP Halle: David Goffin efface tranquillement l’Argentin Guido Pella
PhotoNews

En ne restant que 50 minutes sur le court, David Goffin s’est qualifié sans souci pour le deuxième tour du tournoi de tennis ATP 500 de Halle, épreuve sur gazon dotée de 2.081.830 euros, mardi en Allemagne.

Le numéro 1 belge, 28 ans, 33e mondial, a dominé au premier tour l’Argentin Guido Pella (N.8), 24e à l’ATP, 29 ans, qui disputait son premier match sur herbe cette saison. David Goffin l’a emporté en deux sets 6-1, 6-1 en moins d’une heure de jeu (50 minutes).

Seul Belge engagé à Halle, le Liégeois sera opposé au deuxième tour (8es de finale) au Moldave Radu Albot, 41e joueur du monde, vainqueur de son côté en entrée lundi de l’Australien Matthew Ebden (ATP 80) 5-7, 6-1, 6-4. Le Belge a remporté ses deux confrontations contre le Moldave, 29 ans, toutes les deux disputées en 2017, en trois sets, l’une sur terre battue à Gstaad en Suisse et l’autre sur surface dure à Sofia.

David Goffin sera aussi en piste en double sur le gazon allemand. Associé au Français Pierre-Hugues Herbert, il sera opposé, à nouveau, à Guido Pella qui fera la paire lui avec le Portugais Joao Sousa.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite