Enquête: le Belge est mûr pour changer ses habitudes

Le chauffage reste, et de loin, le poste le plus onéreux sur la facture énergétique des Belges.
Le chauffage reste, et de loin, le poste le plus onéreux sur la facture énergétique des Belges. - laura spater.

Que consomme-t-on exactement et quels sont les postes qui nous coûtent le plus?

A l’occasion de la Semaine européenne de l’énergie durable, la 14e du nom, en cours depuis lundi, Wikipower, plateforme collaborative de comparaison des prix de l’énergie en Belgique, a procédé à une enquête sur la question.

Sans surprise, c’est le chauffage qui est le poste le plus important puisqu’il représente 73,8% de l’énergie consommée. Le reste de la consommation résidentielle est réparti entre l’éclairage et les appareils électriques (12,3%), le chauffage de l’eau (11,7%) et la cuisine (1,7%).

Selon Wikipower, on a pu noter en Belgique une forte augmentation de la production d’électricité renouvelable au cours de la dernière décennie. On l’imagine: l’énergie éolienne est n°1. Les derniers chiffres officiels font état de 819.000 ménages qui ont pu être fournis en électricité par les éoliennes en 2017. On notera encore ici que la part de ces énergies renouvelables dans la consommation totale par les ménages (mais aussi l’industrie et l’agriculture) s’est élevée à 9,06% La Belgique entend monter à 13% d’ici l’an prochain.

Là où la Belgique se défend moins bien est sur le plan de la facture électrique (résidentielle). Au cours des dix dernières années, notre pays a connu une hausse « fulgurante » de celle-ci, au point qu’elle affiche un prix d’environ 40 % plus cher que la moyenne européenne. Ceux qui se chauffent au gaz peuvent se frotter les mains: dans ce domaine, la Belgique est 15% moins chère que le reste de l’Europe.

Autre élément intéressant: lorsqu’il s’agit de raisonner sa consommation, les Belges n’ont pas attendu les directives fédérales ou autres rapports européens pour agir. Conséquence: depuis la libéralisation du marché de l’énergie en 2007, ils savent comment faire pour faire jouer la concurrence parmi la quinzaine de fournisseurs qui peuplent le marché national.

Rien que pour l’année 2018, Wikipower affirme ainsi avoir aidé 49.500 ménages à changer de fournisseur et à économiser un total de 11 millions d’euros sur leurs factures de gaz et d’électricité. Soit un taux de changement de 20%, ce qui place la Belgique dans le peloton de tête européen. « Quand on demande aux Belges pourquoi ils ont changé de fournisseur, deux éléments arrivent en tête : la réduction de la facture mais aussi le désir d’une énergie plus verte », exprime Maxime Beguin, le CEO de Wikipower.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La compagne du terroriste présumé travaillait chez Swissport à Zaventem.

    Attentats de Paris et Bruxelles: la compagne d’un terroriste présumé travaillait à l’aéroport de Zaventem

  2. Nollet et Maouane n’ont pas été convaincus.

    Négociations fédérales: les verts rejettent la note de Magnette et De Wever en l’état

  3. Comme en juin, les examens de seconde session vont essentiellement s’organiser à distance.

    Enseignement supérieur: le distanciel privilégié en seconde session

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • L’héroïsation des infirmières et des infirmiers a ses paradoxes

    Il est beaucoup question de l’héroïsation des infirmières et des infirmiers depuis quelques mois. La crise sanitaire les a mis comme jamais en évidence. Les soins intensifs se sont invités dans nos foyers à la faveur des journaux télévisés. Nous avons pu assister « en direct » au combat de celles et ceux qui luttent contre le Covid parmi les tuyaux et les respirateurs.

    L’admiration portée à cette profession majoritairement féminine s’en trouve amplifiée, même si l’on regrette bien sûr qu’il...

    Lire la suite