Enquête: le Belge est mûr pour changer ses habitudes

Le chauffage reste, et de loin, le poste le plus onéreux sur la facture énergétique des Belges.
Le chauffage reste, et de loin, le poste le plus onéreux sur la facture énergétique des Belges. - laura spater.

Que consomme-t-on exactement et quels sont les postes qui nous coûtent le plus?

A l’occasion de la Semaine européenne de l’énergie durable, la 14e du nom, en cours depuis lundi, Wikipower, plateforme collaborative de comparaison des prix de l’énergie en Belgique, a procédé à une enquête sur la question.

Sans surprise, c’est le chauffage qui est le poste le plus important puisqu’il représente 73,8% de l’énergie consommée. Le reste de la consommation résidentielle est réparti entre l’éclairage et les appareils électriques (12,3%), le chauffage de l’eau (11,7%) et la cuisine (1,7%).

Selon Wikipower, on a pu noter en Belgique une forte augmentation de la production d’électricité renouvelable au cours de la dernière décennie. On l’imagine: l’énergie éolienne est n°1. Les derniers chiffres officiels font état de 819.000 ménages qui ont pu être fournis en électricité par les éoliennes en 2017. On notera encore ici que la part de ces énergies renouvelables dans la consommation totale par les ménages (mais aussi l’industrie et l’agriculture) s’est élevée à 9,06% La Belgique entend monter à 13% d’ici l’an prochain.

Là où la Belgique se défend moins bien est sur le plan de la facture électrique (résidentielle). Au cours des dix dernières années, notre pays a connu une hausse « fulgurante » de celle-ci, au point qu’elle affiche un prix d’environ 40 % plus cher que la moyenne européenne. Ceux qui se chauffent au gaz peuvent se frotter les mains: dans ce domaine, la Belgique est 15% moins chère que le reste de l’Europe.

Autre élément intéressant: lorsqu’il s’agit de raisonner sa consommation, les Belges n’ont pas attendu les directives fédérales ou autres rapports européens pour agir. Conséquence: depuis la libéralisation du marché de l’énergie en 2007, ils savent comment faire pour faire jouer la concurrence parmi la quinzaine de fournisseurs qui peuplent le marché national.

Rien que pour l’année 2018, Wikipower affirme ainsi avoir aidé 49.500 ménages à changer de fournisseur et à économiser un total de 11 millions d’euros sur leurs factures de gaz et d’électricité. Soit un taux de changement de 20%, ce qui place la Belgique dans le peloton de tête européen. « Quand on demande aux Belges pourquoi ils ont changé de fournisseur, deux éléments arrivent en tête : la réduction de la facture mais aussi le désir d’une énergie plus verte », exprime Maxime Beguin, le CEO de Wikipower.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite