Un quartier à la loupe: Dansaert, un village au cœur de Bruxelles

Dans cet article

Basé en plein de centre de la capitale, à deux pas de la Grand’Place, le quartier Dansaert est à la fois très vivant et plein de contrastes.

Il tire son nom d’Antoine Charles Jacques Dansaert, homme politique belge francophone libéral, qui fut propriétaire, banquier, consul et membre du Parlement et décéda en 1890.

Sur la rue Dansaert où le trafic ne connaît aucune trêve, les enseignes de luxe côtoient des snacks à durums. Dans le quartier, aussi, on observe des différences de standing très localisées, voire concentrées dans une même rue.

Malgré l’animation qui le caractérise, surtout autour des Halles Saint-Géry, véritable point de rassemblement de la jeunesse bruxelloise, Dansaert a aussi la réputation de conserver un certain esprit village.

C’est notamment ce qui y attire de nombreux habitants. Il ne faut dès lors pas s’étonner si l’immobilier y est très prisé, par les habitants ainsi que les purs investisseurs qui flairent la bonne affaire, et si les prix ont connu une belle flambée ces dernières années.

Localisation / Accès

Allant du boulevard Anspach au canal, le quartier Dansaert est à la fois voisin de Molenbeek et de l’hypercentre de Bruxelles. Il est notamment séparé du quartier Anneessens par la rue des Fabriques, tandis que la place Sainte-Catherine, le quai à la Houille et son parc de jeux marquent la séparation avec le Béguinage. On accède à Dansaert directement en métro grâce à l’arrêt Sainte-Catherine traversé par les lignes 1 et 5. Le quartier compte notamment des arrêts de bus le long de la rue Antoine Dansaert et à proximité des Halles Saint-Géry, alors que les lignes de tram sont rassemblées le long du boulevard Anspach et de celui Barthélémy (arrêt Porte de Ninove), ou encore près du boulevard d’Ypres (arrêt Ypres). En plus des emplacements en rue, les automobilistes ont à dispositions des parkings couverts payants, notamment à la rue Léon Lepage et sur la place du Nouveau Marché aux Grains.

Equipements

Le quartier Dansaert est particulièrement connu comme laboratoire de la mode et du design. Il compte de nombreuses enseignes de ce type autour de la rue Antoine Dansaert. C’est d’ailleurs au sein de cette zone (place du Nouveau Marché aux Grains) que s’est implantée MAD, la plateforme bruxelloise de la mode et du design. A mesure que l’on s’éloigne vers le canal, les enseignes haut de gamme ont toutefois tendance à laisser place à de petits commerces de proximité. Le quartier concentre aussi une belle offre horeca, notamment autour de la place Sainte-Catherine, des Halles Saint-Géry ou encore près du boulevard Anspach. A cela s’ajoutent plusieurs écoles, des associations et institutions (dont le Petit Château Fedasil), une offre culturelle variée ou encore un centre d’entreprises. Le quartier est donc très vivant et combine une variété d’activités (dont les Plaisirs d’hiver), même s’il compte aussi quelques zones purement résidentielles.

Offre immobilière

L’offre immobilière se compose essentiellement d’appartements entre 50 et 120 m2, y compris aux étages des surfaces commerciales. On compte aussi quelques maisons, « mais elles sont plus rares », souligne Nicolas Delhove, gérant de Fenix Properties. A la vente, le prix moyen des appartements tourne autour des 3.500 euros/m2, avec des disparités d’un pâté de maison à l’autre. « La rue Antoine Dansaert est plus prisée côté Bourse que lorsqu’on se rapproche du canal, mais les différences de prix et de standing ont tendance à diminuer », observe Nicolas Delhove. En matière de location, le loyer mensuel d’un appartement deux chambres avoisine les 1.200 euros et la présence d’une terrasse fait souvent grimper les prix. La demande immobilière étant forte dans le quartier, les appartements s’y vendent généralement vite et souvent au-dessus du prix du marché, ce qui a entraîné une augmentation des tarifs ces dernières années.

Projets

Pas mal d’appartements neufs ont pris place dans d’anciens sites ou immeubles du quartier Dansaert et de ses alentours ces dernières années. Bouygues Immobilier a, par exemple, développé un ensemble de 27 appartements au quai à la Houille, près de Sainte-Catherine. « Beaucoup d’investisseurs s’intéressent à ces projets », remarque Nicolas Delhove. « Plusieurs appartements ont été livrés fin 2018 et viennent à présent s’ajouter à l’offre locative, gonflant celle-ci. » On rappellera ici que la zone du canal fait partie des priorités en matière de développement de la Région de Bruxelles-Capitale. De grands changements sont donc encore à venir.

Sur le même sujet
Politique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite