Résidences-services: Domitys emmène les seniors en vacances

La résidence Domitys à Auderghem propose 107 appartements. Une autre résidence est en fonction à Anvers.
La résidence Domitys à Auderghem propose 107 appartements. Une autre résidence est en fonction à Anvers. - D.R.

Des seniors belges qui prennent la poudre d’escampette pour s’en aller faire la fête (gratuitement) à l’étranger mais tout en restant dans un environnement qu’ils connaissent à la perfection ? C’est désormais possible grâce à Domitys, spécialiste français de la résidence-services non médicalisée (une centaine dans l’Hexagone, plus de 10.000 logements) qui possède deux établissements opérationnels en Belgique (107 appartements à Bruxelles et 116 à Anvers) et une autre en construction (108 à Louvain pour septembre 2020).

Concrètement, les clients qui séjournent dans l’une des deux résidences belges peuvent aller passer gratuitement une semaine dans l’une des résidences (entre 3 et 7) que le groupe sélectionne chaque trimestre. Le séjour doit avoir lieu entre le 15 juin et le 15 septembre et les résidences sont situées à Abbeville, Agen, Béziers, Melun et Treillières.

Domitys va même plus loin. Les seniors peuvent séjourner dans une des résidences françaises jusqu’à un mois par an en profitant d’un tarif spécial, soit la moitié du prix qu’ils paient pour la location de l’appartement dans lequel ils vivent en Belgique. Dans cette formule, le séjour peut s’effectuer toute l’année.

Avec plus de 80 résidences implantées dans l’Hexagone, les destinations sont nombreuses. Parmi les régions visitables, il y a la Bretagne, la Normandie, la région Paca (Provence-Alpes-Côte d’Azur) ou encore la Savoie. Mais le groupe construit une résidence à Bergame, en Italie, et une autre à l’île Maurice qui ouvrira au début 2020. L’Espagne, le Portugal et même l’Asie sont aussi dans le collimateur d’un groupe qui veut s’étendre à l’international.

« Peu importe la résidence qu’ils choisissent, nos seniors s’y sentiront comme chez eux », assure à ce sujet Patrick Meilleur, directeur opérationnel de Domitys pour la Belgique. « Toutes nos résidences offrent des infrastructures et des prestations de même qualité. Passer d’une résidence à l’autre n’entraîne donc pas de grands chamboulements. »

Outre les appartements indépendants de 50 à 120 m2, les résidences-services Domitys proposent des services de type hôtelier, des espaces de convivialité communs et un service d’assistance d’urgence opérationnel qui fonctionne 24h/24 et 7 jours/7. Surtout, passant d’une résidence à une autre, le senior sait qu’il trouvera les mêmes commodités, comme la piscine, le bar, les salles de relaxation, le sauna, etc. Seul le restaurant proposera – il faut l’espérer – une cuisine plus en adéquation avec la région dans laquelle se trouve leur nouveau chez soi.

« Cet échange de résidences n’est pas neuf », insiste toutefois Patrick Meilleur. « Nous nous sommes rendu compte que les seniors ont encore envie de voyager mais ils ne veulent plus des tracas liés aux réservations ou aux déplacements et ont donc tendance à rester chez eux pendant les vacances. Les directions d’établissements vont s’en charger pour eux, moyennant rétribution évidemment, mais le senior est mis dans des conditions idéales pour changer d’air. »

On signalera enfin que Domitys, une filiale du groupe de promotion immobilière Ægide qui emploie quelque 2.500 personnes, a l’ambition d’ouvrir une à deux résidences par an en Belgique.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le renvoi au Conseil d’Etat de la loi sur la dépénalisation totale de l’IVG a été voté par 55 députés du CD&V, du CDH, de la N-VA et du Vlaams Belang.

    Un front Vlaams Belang-N-VA-CD&V et CDH bloque le vote de la loi IVG

  2. Comment rester motivé pour obtenir son diplôme alors que les examens sont reportés de 6 mois
?

    Des élèves du jury central discriminés par l’annulation du deuxième cycle d’examens

  3. «
Nous sommes prêts à relever de nouveaux défis, dans le souci de l’intérêt général
», assure Gil Simon.

    Energie: Resa se sent déjà un peu à l’étroit dans son costume de GRD

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 23: les pigeons

    Entre samedi et dimanche dernier, il s’est passé un truc incroyable.

    Mon amie Pascale a eu des bébés. Pas des bébés humains. Presque mieux.

    Tout a commencé il y a un petit mois. Elle aperçoit des brindilles sur sa terrasse, et plus précisément dans son photinia. Elle sait qui c’est. Elle a bien vu, quelques jours plus tôt, ces deux pigeons en lune de miel dans son érable. C’est fragile, un érable. Elle les a chassés, elle a accroché de petits fanions rouges dans le feuillage. Indéboulonnables.

    Jusqu’à ce qu’un ami qui s’y connaît en nature lui dise : « Si ce sont de bons pigeons, tu dois les laisser. » Comment ça, de bons pigeons ? « Oui », explique Pascale, « les ramiers, tu les reconnais à leurs petites joues blanches. Les bisets, ce sont les mauvais. Ils se déplacent en bande et véhiculent des parasites. Tu sais, ce sont ceux qui mangent du vomi sur les places. » Ah oui, tout de suite, on...

    Lire la suite