Résidences-services: Domitys emmène les seniors en vacances

La résidence Domitys à Auderghem propose 107 appartements. Une autre résidence est en fonction à Anvers.
La résidence Domitys à Auderghem propose 107 appartements. Une autre résidence est en fonction à Anvers. - D.R.

Des seniors belges qui prennent la poudre d’escampette pour s’en aller faire la fête (gratuitement) à l’étranger mais tout en restant dans un environnement qu’ils connaissent à la perfection ? C’est désormais possible grâce à Domitys, spécialiste français de la résidence-services non médicalisée (une centaine dans l’Hexagone, plus de 10.000 logements) qui possède deux établissements opérationnels en Belgique (107 appartements à Bruxelles et 116 à Anvers) et une autre en construction (108 à Louvain pour septembre 2020).

Concrètement, les clients qui séjournent dans l’une des deux résidences belges peuvent aller passer gratuitement une semaine dans l’une des résidences (entre 3 et 7) que le groupe sélectionne chaque trimestre. Le séjour doit avoir lieu entre le 15 juin et le 15 septembre et les résidences sont situées à Abbeville, Agen, Béziers, Melun et Treillières.

Domitys va même plus loin. Les seniors peuvent séjourner dans une des résidences françaises jusqu’à un mois par an en profitant d’un tarif spécial, soit la moitié du prix qu’ils paient pour la location de l’appartement dans lequel ils vivent en Belgique. Dans cette formule, le séjour peut s’effectuer toute l’année.

Avec plus de 80 résidences implantées dans l’Hexagone, les destinations sont nombreuses. Parmi les régions visitables, il y a la Bretagne, la Normandie, la région Paca (Provence-Alpes-Côte d’Azur) ou encore la Savoie. Mais le groupe construit une résidence à Bergame, en Italie, et une autre à l’île Maurice qui ouvrira au début 2020. L’Espagne, le Portugal et même l’Asie sont aussi dans le collimateur d’un groupe qui veut s’étendre à l’international.

« Peu importe la résidence qu’ils choisissent, nos seniors s’y sentiront comme chez eux », assure à ce sujet Patrick Meilleur, directeur opérationnel de Domitys pour la Belgique. « Toutes nos résidences offrent des infrastructures et des prestations de même qualité. Passer d’une résidence à l’autre n’entraîne donc pas de grands chamboulements. »

Outre les appartements indépendants de 50 à 120 m2, les résidences-services Domitys proposent des services de type hôtelier, des espaces de convivialité communs et un service d’assistance d’urgence opérationnel qui fonctionne 24h/24 et 7 jours/7. Surtout, passant d’une résidence à une autre, le senior sait qu’il trouvera les mêmes commodités, comme la piscine, le bar, les salles de relaxation, le sauna, etc. Seul le restaurant proposera – il faut l’espérer – une cuisine plus en adéquation avec la région dans laquelle se trouve leur nouveau chez soi.

« Cet échange de résidences n’est pas neuf », insiste toutefois Patrick Meilleur. « Nous nous sommes rendu compte que les seniors ont encore envie de voyager mais ils ne veulent plus des tracas liés aux réservations ou aux déplacements et ont donc tendance à rester chez eux pendant les vacances. Les directions d’établissements vont s’en charger pour eux, moyennant rétribution évidemment, mais le senior est mis dans des conditions idéales pour changer d’air. »

On signalera enfin que Domitys, une filiale du groupe de promotion immobilière Ægide qui emploie quelque 2.500 personnes, a l’ambition d’ouvrir une à deux résidences par an en Belgique.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite