Le Chien Vert remis sur ses rails

Le Chien Vert bénéficie d’une localisation unique.
Le Chien Vert bénéficie d’une localisation unique. - D.R.

Bien malgré lui, le projet du Chien Vert a déjà fait couler beaucoup d’encre ! Basé sur la célèbre avenue de Tervueren à Woluwe-Saint-Pierre, il concerne la transformation d’un ancien immeuble de bureaux en bâtiment résidentiel de 42 appartements de standing. Le tout est rehaussé par la vue sur le parc de la Woluwe juste en face, et par une façade intemporelle signée par Marc Corbiau. Mais c’est pour d’autres raisons que le Chien Vert s’est fait connaître dernièrement… Début octobre 2018, soit même pas trois mois après le début de son chantier, les travaux ont dû être stoppés net. « Alors que l’intervention de démontage était en cours, des ouvriers ont constaté le fléchissement d’une dalle au niveau des étages supérieurs de la façade avant », raconte Vincent André, gérant de Dare 2 Build qui développe le projet avec Verstraete Development. « Le bâtiment a donc dû être évacué et cette partie a finalement été démolie par mesure de sécurité. »

Après expertise, il a été démontré que cette instabilité était due au tassement de poutrelles d’étançonnage, et non à un défaut du bâtiment. Les responsables doivent encore être désignés par la justice mais le chantier a pu reprendre début mai, après pas mal de contrôles et démarches administratives. « Nous avons immédiatement engagé un bureau d’études indépendant qui a analysé puis certifié la stabilité du bâtiment », explique Vincent André. Vu la démolition non prévue d’une partie du bâtiment, les maîtres d’ouvrage ont aussi dû appliquer une nouvelle méthode de transformation, établir et réintroduire un permis modificatif et l’obtenir. En plus d’un arrêt des travaux longs de sept mois, tout cela a entraîné des coûts et du travail supplémentaires pour les porteurs du projet. « C’est évidemment très désagréable d’être confrontés à ce genre de situation, mais avec le recul nous sommes surtout très soulagés qu’il n’y ait pas eu un seul blessé lors de l’incident », confie Vincent André. Celui-ci se félicite aussi de l’ambiance favorable dans laquelle cette « crise » a pu être gérée. « Dès le départ, nous avons tenu à beaucoup informer les riverains, la commune, nos partenaires et nos clients afin d’instaurer un climat de confiance. Nous avons communiqué avec transparence et tout le monde s’est montré très constructif pour faire avancer les choses. » Vincent André et ses associés estiment ainsi que cette mauvaise expérience les a renforcés et a prouvé qu’ils avaient les reins solides. Il faut dire que les maîtres d’ouvrage ont de quoi sourire : aucun acquéreur ne s’est retiré malgré l’incident et des compromis ont même été signés durant l’arrêt du chantier. Environ 65 % des 42 unités sont désormais vendues, et ce, sans que les développeurs aient modifié les conditions de vente.

L’incident survenu fin 2018 ne semble ainsi pas avoir entaché l’enthousiasme des investisseurs par rapport à ce projet. « Le Chien Vert bénéficie d’une localisation unique puisqu’il se trouve dans une commune prisée et hétéroclite, profite d’une magnifique vue sur le parc de la Woluwe et se trouve tout près de transports et facilités », souligne Vincent André. « L’environnement était donc idéal pour développer un projet de qualité. » Afin d’intégrer au mieux le Chien Vert dans son contexte, les maîtres d’ouvrage ont conservé le volume et une grande partie de la structure du bâtiment. L’architecte Marc Corbiau a été chargé d’y apporter une façade avant contemporaine et intemporelle, alors que le bureau MDW Architecture s’est occupé d’imaginer des espaces fonctionnels à l’intérieur. Comme l’aspect environnemental « ne peut plus être occulté par les promoteurs » selon Vincent André, le bâtiment intégrera des matériaux durables et écoresponsables. La possibilité d’installer une cogénération est actuellement à l’étude, et il est d’ores et déjà prévu que le bâtiment soit doté d’un parking à vélos ou encore d’une conciergerie intelligente où les habitants pourront recevoir des colis de manière sécurisée en leur absence. Bien qu’il mise sur des prestations et finitions plutôt haut de gamme, le Chien Vert offre une belle mixité avec des logements allant du studio au penthouse et des tarifs débutant autour des 265.000 euros hors frais. Le projet attire ainsi des acquéreurs variés, et même des investisseurs qui misent sur les bons rendements locatifs de la commune. Comme le chantier a été arrêté plusieurs mois et qu’une partie du bâtiment devra finalement être reconstruite, la livraison a été un peu décalée. Elle aura finalement lieu début 2021.

Sur le même sujet
Architecture
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le port du masque est obligatoire sur la digue à Ostende.

    À Ostende, les touristes luttent contre la chaleur sans oublier le Covid (photos)

  2. 10880871-089

    Formation fédérale: prolongés, les préformateurs Magnette (PS) et De Wever (N-VA) sont priés d’accélérer

  3. Le Mardasson, connu dans le monde entier.

    Les dessous du patrimoine: ces villes qui vivent au rythme des batailles

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Premier faux pas pour la commission Covid

    En plein mois d’août, le président de la « commission spéciale en charge d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique » a décidé de réunir ses troupes pour entamer les travaux, avec un premier échange de vues avec les experts. Une séance de plus de trois heures qu’on peut qualifier de raté au démarrage.

    Réunion improvisée

    Le péché originel, c’était la convocation de cette réunion...

    Lire la suite